Quels sont les nouveaux anticorps monoclonaux attendus en 2019 ?

  • Kaplon H & al.
  • MAbs
  • 5 déc. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le journal mAbs a publié une revue globale de l’ensemble des anticorps monoclonaux (Acm) en développement : selon ce travail exhaustif, plus de 570 Acm seraient en cours de développement clinique, dont 62 en phase III. Après 11 molécules enregistrées en Europe et/ou aux États-Unis en 2018, l’année 2019 pourrait être aussi dynamique avec 4 traitements soumis à autorisation fin 2018 (et 3 autres soumis au niveau des autorités chinoises) et probablement 12 nouveaux Ac monoclonaux a minima dans le courant des 12 prochains mois.

Tendances générales

Ainsi, entre 2005 et 2014, 569 Acm ont été développés cliniquement, avec un taux de passage de phase 1 à 2, de phase 2 à 3, de phase 3 à une demande d’AMM et de la demande à l’enregistrement de 69%, 45%, 77% et 94% respectivement, soit un taux de réussite global de 22%, et de 21% et 24% pour les indications oncologiques et non oncologiques respectivement.

En 2018, 12 nouveaux Acm ont été enregistrés en Europe et/ou aux États-Unis, dont 75% dans des indications hors cancer (dont 3 traitements préventifs de la migraine et 1 pour le traitement du VIH) : erenumab, fremanezumab, galcanezumab, burosumab, lanadelumab, caplacizumab, mogamulizumab, moxetumomab pasudodox, cemiplimab, ibalizumab, tildrakizumab, emapalumab. Quatre Acm ont également récemment été soumis à ces mêmes autorités : sacituzumab govitecan, ravulizumab, risankizumab, romosozumab.

Les prochaines molécules à venir

À la date de novembre 2018, 29 nouveaux traitements étaient à un stade de développement clinique avancé hors oncologie, dont 40% pour des pathologies liées à des désordres immunitaires : ceux qui devraient être le plus rapidement soumis pour enregistrement sont le leronlimab (VIH), le brolucizumab (DMLA), l’eptinezumab (migraine), le teprotumumab (orbitopathie basedowienne), le crizanlizumab (drépanocytose), le satralizumab (neuromyélite optique), le tanezumab (douleurs rhumatologiques). En oncologie, sont attendus prochainement le polatuzumab vedotin (lymphome diffus à grandes cellules), l’isatuximab (myélome multiple), le spartalizumab (mélanome), MOR208 (LLC), l’oportuzumab monatox (cancer du rein), TSR-042 (plusieurs indications), l’enfortumab vedotin (carcinome urothélial), l’ublituximab (LLC, LNH).

Parmi les prochains inhibiteurs du check point immunitaire, 8 sont des Acm dont le tremelimumab (anti-CTLA4, CBNPC, cancers tête et cou et urothélial), le spartalizumab et le BCD-100 (anti-PD-1, dans le CBNPC et le mélanome respectivement), ainsi que l’omburtamab radiomarqué anti-B7-H3 (neuroblastome).