Quels sont les indicateurs nutritionnels utiles au pronostic vital en cas de cancer colorectal ?

  • Arq Gastroenterol

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude a comparé l’association entre des paramètres en lien avec la nutrition (IMC, pourcentage de masse grasse, mesure de l’angle de phase (PhA), taux sérique en adiponectine, vitamine D et score PG-SGA) avec la mortalité liée au cancer colorectal (CCR), chez des sujets souffrant de CCR avancés (groupe 1) et d’autres en post-traitement de CCR (groupe 2).

  • Seul le score PG-SGA était significativement différent entre les deux groupes, avec une valeur médiane plus haute dans le groupe 1 (signe d’une dénutrition).
  • Une association a été mise en évidence entre le score de PG-SGA et la mortalité liée au CCR à long terme.

Les auteurs avancent que l’absence de différence significative entre les deux groupes pour les paramètres évalués (hors index PG-SGA) serait probablement due au fait qu’un pourcentage similaire de sujets en surpoids était présent dans les deux groupes (environ 40%). 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

De nombreuses études se sont intéressées aux facteurs pouvant influencer le pronostic vital des sujets souffrant de cancer colorectal. Certaines ont suggéré que le statut nutritionnel pouvaient prédire la survie de ces patients. Les résultats présentés ici sont intéressants car ils mettent en évidence que d’autres études doivent être envisagées pour mieux comprendre les relations entre les variables mesurées et le pronostic de CCR. Une meilleure détermination de ces changements peut aider à mettre en place le traitement optimal pour le patient.

Méthodologie

Cette étude a évalué si les facteurs suivants étaient des éléments pronostiques pertinents pour des patients souffrant de cancer colorectal avancé et des patients en suivi post-traitement d’un CCR :

  • l’IMC, 
  • le pourcentage de masse grasse, 
  • la mesure de l’angle de phase (PhA) par impédancemétrie, qui permet de détecter la dénutrition 
  • l’index PG-SGA (patient generated subjective global assessment), 
  • l’adiponectine (des études ont montré que les taux circulants d’adiponectine étaient inversement corrélés au risque d’obésité associé au CCR), 
  • la vitamine D (dont les taux élevés pourraient selon certaines études être significativement associés à une réduction du risque de CCR).

Principaux résultats

Sur les 50 patients éligibles (23 patients dans le groupe 1 – sujets ayant un CCR avancé, et 27 dans le groupe 2 – sujets suivis post-traitement du CCR). La majorité des sujets du groupe 2 (51,8%) avaient une tumeur de stade II. Le score PG-SGA indiquait que 47,8% et 25,9% des patients respectivement du groupe 1 et 2 était dénutris.

L’IMC, le pourcentage de masse grasse, la mesure de l’angle de phase, les taux de 25(OH)D, 1,25(OH)D et d’adiponectine n’étaient pas significativement différents entre les deux groupes. Le score PG-SGA moyen était supérieur dans le groupe 1 par rapport au groupe 2 (valeur médiane 8 versus 2, p=0,002). Les analyses ont montré parmi les paramètres évalués, que seul le PG-SGA était significativement associé à la mortalité liée au CCR à long terme. 

Principales limitations

Il aurait été intéressant de pouvoir bénéficier de mesures dans le temps.