Quels sont les facteurs qui améliorent la satisfaction au travail des MG ?


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La liberté de choisir leur environnement de travail et d’organiser leur cabinet à leur convenance est associée à la satisfaction au travail chez les médecins généralistes (MG), selon une étude qualitative menée dans huit pays. Les résultats, publiés dans la revue BMC Family Practice, suggèrent également que l’accès à une formation professionnelle visant à favoriser le développement de compétences spécifiques pourrait améliorer la satisfaction au travail des MG.

L’étude, menée par le Réseau européen de recherche en médecine générale (European General Practice Research Network), a inclus des entretiens en face à face et des groupes de discussion avec 183 MG en Allemagne, en Belgique, en Bulgarie, en Finlande, en France, en Israël, en Pologne et en Slovénie.

Cinq thèmes positifs étaient communs chez les MG de l’ensemble des pays :

  • le MG en tant que personne (y compris le bien-être personnel) ;
  • les compétences spéciales requises dans la pratique ;
  • les relations médecin-patient (notamment la recherche d’un équilibre entre l’empathie et la distance professionnelle) ;
  • la liberté concernant le cabinet (comme le choix de l’emplacement et la manière dont le cabinet a été établi) ; et
  • les facteurs favorables à l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée.

Il est prévu que la pénurie de personnel de santé en Europe atteigne le chiffre de 2 millions d’ici 2020. Les auteurs indiquent que ces facteurs, et les autres facteurs précédemment identifiés, qui affectent la satisfaction au travail des MG, doivent être pris en compte par les acteurs impliqués pour aider à résoudre cette pénurie.