Quels facteurs prédisent un pronostic défavorable dans le cadre du CSTN à risque élevé ?

  • Kennedy WR & al.
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les facteurs de risque de métastases à distance dans le cadre du cancer du sein triple négatif (CSTN) à risque élevé sont la présence de ganglions lymphatiques positifs et d’une invasion de l’espace lymphovasculaire (IELV).
  • Un risque élevé est défini comme une absence de réponse complète pathologique (RCp) après le traitement par chimiothérapie néoadjuvante (CTNA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent un moyen de stratifier les patientes atteintes d’un CSTN à risque élevé selon leur pronostic et de concevoir des essais cliniques futurs.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective (153 patientes consécutives) portant sur le CSTN à risque élevé a été menée dans un seul centre (traitement par CTNA, chirurgie et radiothérapie).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 4,04 ans (plage : 0,51–13,97).
  • 29,4 % des patientes de la cohorte ont obtenu une RCp après la CTNA ; les autres n’ont pas obtenu de RCp.
  • En comparant la survie sans métastases à distance à 5 ans entre les patientes sans RCp (55 %) et avec une RCp (98 %), les 2 facteurs de risque suivants prédisaient indépendamment une maladie métastatique distante :
    • des ganglions lymphatiques positifs : rapport de risque (RR) de 3,08 (P = 0,001) ;
    • une IELV : RR de 1,91 (P = 0,030).

Limites

  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Petite cohorte.