Quels facteurs favorisent l’apparition de résistances aux carbapénèmes en unités de soins intensifs ?

  • Labaste F et al.
  • Eur J Clin Microbiol Infect Dis.
  • 3 sept. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Au sein de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Rangueil de Toulouse, des résistances se développent chez 20% des patients traités par carbapénèmes.

Les principaux facteurs de risque indépendants d’apparition de ces résistances sont un séjour prolongé en unité de soins intensifs (USI, plus de 29 jours) et une colonisation ou une infection par Pseudomonas aeruginosa avant le début du traitement.

Une attention particulière doit être accordée aux patients présentant ces facteurs de risque.

 

 

Grâce à leur stabilité face aux bêta-lactamases, les carbapénèmes constituent un traitement de choix pour la prise en charge des infections nosocomiales résistantes dans les USI. Mais des entérobactéries résistantes aux carbapénèmes apparaissent depuis quelques années et ont amené à l’émission de recommandations visant à épargner cette classe d’antibiotiques. Les facteurs susceptibles de favoriser l’apparition de résistances aux carbapénèmes restent toutefois mal connus. Une étude conduite au sein de l’unité de soins intensifs (USI) de l’hôpital Rangueil de Toulouse s’est donc attachée à estimer l’incidence de l’acquisition de ces résistances au cours des séjours en soins intensifs et à en identifier les facteurs de risque. 

Cette étude a inclus tous les patients admis dans l’USI et ayant reçu un traitement antibiotique comprenant des carbapénèmes durant plus de 48h. L’apparition des résistances a été mesurée entre le début du traitement et la sortie de l’USI. Parmi les 78 patients inclus dans l’étude, les carbapénèmes avaient été le plus souvent prescrites du fait d’une pneumonie associée à la ventilation ou acquise en communauté, d’une péritonite ou d’une bactériémie. Il s’agissait d’un traitement empirique dans 78,2% des cas. Le plus utilisé était le méropénème (97,5% des participants). Au total, 16 patients (20,5%) ont développé une résistance aux carbapénèmes en cours de traitement. En analyse multivariée, les facteurs de risque indépendamment associés à l’apparition de ces résistances étaient une durée du séjour en USI de plus de 29 jours (HR 5,31 ; p=0,002) et la présence de Pseudomonas aeruginosa dans les prélèvements réalisés avant traitement (HR 3,61 ; p=0,01).