Quels apports en sodium et potassium recommander à vos patients ?

  • O'Donnell M & al.
  • BMJ
  • 13 mars 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude prospective internationale récemment publiée dans le BMJ a évalué les excrétions urinaires en sodium et potassium du matin - mesure de substitution par rapport aux apports de ces micronutriments - de plus de 100.000 individus. Les résultats suggèrent que les taux moyens seraient de 4,93 g/jour en sodium et de 2,1g/jour en potassium. Et que seuls 0,002% de la population auraient une concentration en sodium 3,5 g/jour, comme le recommande l’OMS. Après un suivi médian de 8,2 ans, le plus faible niveau de risque de mortalité et d’évènements cardiovasculaires était retrouvé pour une excrétion en sodium entre 3 et 5 g/jour associée aux concentrations en potassium les plus élevées. Les concentrations urinaires en sodium extrêmes (très faibles et très élevées) combinées à des excrétions faibles en potassium étaient associées aux plus forts niveaux de risque cardiovasculaire (association selon une courbe en J). Les plus fortes excrétions en potassium atténuaient l’augmentation du risque cardiovasculaire liée aux excrétions importantes en sodium. Enfin, l’association entre les fortes excrétions en sodium et les risques cardiovasculaires était plus importante chez ceux qui avaient de faibles apports en potassium.

Méthodologie

Les excrétions urinaires en sodium et potassium d’adultes de 18 pays à faibles, moyens et hauts revenus ont été mesurées comme indicateur de substitution des apports en ces deux micronutriments. Les associations entre l’excrétion urinaire estimée des 24h en sodium et potassium (calculée par la formule de Kawasaki à partir des échantillons du matin) et la mortalité toutes causes ou la survenue d’un évènement cardiovasculaire majeur ont ensuite été évaluées. Au total, six catégories de combinaisons d’excrétion de sodium et de potassium ont été générées : excrétion en sodium faible (5 g/jour) et excrétion en potassium (inférieure, égale ou supérieure à 2,1g/j).

Principaux résultats

Au total, les données de 103.570 échantillons de premières urines du matin à jeun ont été analysées. Les excrétions moyennes estimées en sodium et potassium des 24 heures étaient respectivement de 4,93 g/jour et 2,12 g/jour. Après un suivi moyen de 8,2 années, 6,1% des participants étaient décédés ou ont eu un événement cardiovasculaire majeur. L’augmentation de l’excrétion urinaire en sodium était globalement positivement associée à l’augmentation de l’excrétion urinaire en potassium. 

  • Mais seuls 0,002% de la population évaluée avaient des valeurs en sodium 3,5 g/jour en potassium (recommandation OMS).
  • Le plus faible niveau de risque de décès et d’événement cardiovasculaire était retrouvé pour une excrétion modérée en sodium associée à l’excrétion la plus importante en potassium : 21,9% de la cohorte.
  • Le risque de mortalité et d’événement cardiovasculaire le plus élevé, +21% par rapport au groupe ayant le plus faible niveau de risque, était retrouvé chez ceux qui avaient une excrétion urinaire en sodium élevée (>5 g/jour) et une excrétion urinaire faible en potassium (
  • Le risque était augmenté de 19% chez ceux qui avaient une excrétion de sodium faible (
  • L’augmentation du risque de mortalité et d’événement cardiovasculaire était de 10% à la fois chez ceux qui avaient une excrétion en sodium modérée (3-5 g/jour) et faible en potassium (5 g/jour) et élevée en potassium (≥2,1 g/jour) (29,6% de la cohorte). 
  • Une excrétion en potassium plus élevée atténuait le risque cardiovasculaire associé à l’augmentation de l’excrétion forte en sodium.