Quelles sont les rhinopharyngites à risque de sinusite ?

  • DeMuri GP & al.
  • Clin Infect Dis
  • 14 janv. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude américaine menée chez plus de 300 enfants de 3 à 7 ans a mis en évidence plusieurs facteurs qui distingueraient ceux dont la rhinopharyngite évolue vers une sinusite des autres enfants : ils présenteraient des épisodes d’infections respiratoires virales hautes plus nombreux, associées à des symptômes plus sévères. L’infection virale préalable serait plus fréquemment liée au VRS et la présence d’un nouveau virus concernerait près d’un tiers des cas.

  • Les auteurs suggèrent donc que la sinusite de certains enfants serait liée à des infections virales différentes et successives, même si la majorité de ces complications resteraient d’origine bactérienne. Le rôle combiné d’un facteur viral et bactérien n’est pas exclu, mais devrait être investigué.

  • La sinusite aiguë est posée sur des critères cliniques, liés à la persistance ou à l’aggravation des symptômes. L’identification de ces nouveaux paramètres pourraient aider le repérage des enfants les plus vulnérables.

Méthodologie

L’étude a inclus 237 enfants de 48 à 96 mois suivis durant 1 an. Des prélèvements nasaux étaient réalisés lors des visites de surveillance ainsi qu’à J3-4, puis à J10 (en cas de sinusite) et après guérison (J15 environ) après le début d’un épisode de rhinopharyngite.

Principaux résultats

  • Au total, 519 épisodes de rhinopharyngite ont été recensés, ainsi que 37 évolutions vers une sinusite chez 31 enfants, soit un taux de complication de 7,1%.

  • Le nombre moyen de rhinopharyngites présentées par les enfants au cours de l’année était de 1 pour ceux n’ayant pas fait de sinusite contre 3 pour les autres (p

  • La comparaison des prélèvements des enfants avec ou sans sinusite a mis en évidence la présence d’un virus chez respectivement 81% et 76% à J3, et un taux d’infection à VRS de 10,8 vs 3,4% (p=0,05). La distribution des autres virus était similaire.

  • Lors de l’épisode de sinusite (J10), les prélèvements montraient la présence d’un nouveau virus dans 29% des cas de sinusites, alors que les autres ne montraient pas cette évolution.

  • Parallèlement, l’évaluation de la colonisation bactérienne nasale a montré que l’absence de M. catarrhalis à J3 constituait un facteur de risque de présenter une nouvelle infection virale à J10.

Principales limitations

Le nombre de cas de sinusite était finalement réduit et la tranche d’âge étudiée limitée à celle la plus concernée par les sinusites pédiatriques.