Quelles sont les composantes de la satisfaction sexuelle des femmes ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Face au manque de consensus sur les critères explicatifs et les indicateurs de la satisfaction sexuelle féminine, une chercheuse lilloise s’est intéressée aux « habiletés érotiques » des femmes dans leur pratique sexuelle. L’étude présentée ici part de l’hypothèse émise par la Thérapie Sexofonctionnelle évoquant que chaque individu développe plus ou moins des habiletés érotiques cognitives, comportementales et émotionnelles qui favorisent la satisfaction sexuelle. Cependant ce postulat manquait jusque-là de données factuelles validées.

Principaux résultats

Vingt-trois femmes adultes (âge moyen 35,17 ans, toutes étaient hétérosexuelles) ont été incluses dans l’étude. Onze d’entre-elles se déclaraient sexuellement insatisfaites. Les analyses des réponses d’un entretien semi-directif montrent qu’il existe de vrai différences dans les pratiques des femmes qui se déclarent sexuellement satisfaites et les autres :

  • D’un point de vue cognitif, les femmes sexuellement satisfaites ont rapporté nettement plus de cognitions positives en lien avec les stimuli sexuels « Je me dis qu’il est viril », « je le sens puissant », « j’aime qu’il prenne sa place d’homme »,…
  • D’un point de vue émotionnel, les femmes sexuellement satisfaites n’ont pas mentionné spontanément d’émotions ou de sensations désagréables, et elles semblent percevoir plus souvent des sensations sexuelles que les autres : « je me fais du bien », « je profite du moment », « je pense que j’ai envie de … »,... Alors que les femmes sexuellement insatisfaites évoquent des pensées anxieuses « j’ai trop tendance à réfléchir », « je n’ai pas les bonnes sensations », « je ne suis pas à la hauteur »,…
  • D’un point de vue comportemental, les femmes sexuellement satisfaites ont déclaré avoir des pratiques sexuelles plus diversifiées et pratiquer plus l’auto-stimulation que les autres. Les premières utiliseraient notamment plus leur bassin et leurs muscles pelviens alors que les secondes seraient plus souvent passives et s’adapteraient à leur partenaire.

Pourquoi ces résultats sont intéressants ?

L’auteur de cet article indique qu’en France selon les données d’une enquête Ifop datant de 2018, 31% des femmes se déclarent insatisfaites de leur sexualité. L’insatisfaction sexuelle des femmes est par ailleurs un motif de consultation fréquent en sexologie. Peu de données existent dans la littérature permettant de définir les composantes de la satisfaction du plaisir féminin. De nombreux facteurs influenceraient la satisfaction sexuelle : des facteurs sociaux (genre, âge, statut marital, niveau de revenu, religiosité), des facteurs psychologiques (estime de soi, image corporelle, culpabilité associée à la sexualité), des facteurs relationnels non sexuels (la satisfaction conjugale, le niveau de proximité émotionnelle, la qualité de la relation de couple, la communication au sein du couple). L’étude présentée ici aborde la problématique sous un autre angle, en tentant de répondre à la question suivante : est-ce qu’une femme qui se déclare sexuellement satisfaite, pense, se comporte et ressent des émotions et sensations corporelles différentes d’une femme insatisfaite sexuellement ? Pour la Thérapie Sexofonctionnelle l’utilisation du corps, du mouvement et de la prise en compte des sensations corporelles constituent de véritables outils thérapeutiques. Les résultats de cette étude pourraient être utilisés pour réaliser un questionnaire qui une fois testé et validé permettrait de mesurer le niveau de satisfaction sexuel des femmes en consultation.

Méthodologie

Vingt-trois femmes âgées de 18 ans et plus ont été invitées à répondre lors d’un entretien semi-directif à des questions construites à partir de la théorie de la Thérapie Sexofonctionnelle. Chaque femmes adultes, en couple depuis plus de 3 mois, ayant une activité sexuelle récente et reçue entre le 15 juillet et le 9 décembre 2015 en consultation pour une prise en charge sexothérapeutique a été incluse dans l’étude. Les femmes sexuellement satisfaites ont quant à elles été recrutées dans la population générale sur la base du volontariat. L’objectif de l’étude était de comparer les réponses de ces femmes à celles qui n’étaient pas satisfaites de leur sexualité.

Limitations

Peu de sujets inclus dans l’étude.