La pandémie COVID-19 a accéléré la recherche contre le Cancer

  • Nathalie BARRÈS
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le développement de vaccins à ARNm contre le SARS-CoV-2 a mis en évidence le fabuleux potentiel de la technologie d’ARNm. La recherche contre le cancer a tiré profit de ces avancées pour améliorer la conception de vaccins thérapeutiques anti-cancer.

Une récente revue de la littérature résume les dernières avancées concernant les vaccins anti-cancer à ARNm.

Que retenir ?

  • La plupart des vaccins anticancéreux à ARNm en développement sont à visée thérapeutique plutôt que prophylactique.
  • En monothérapie, ces vaccins nécessitent de multiples administrations et une puissance vaccinale substantielle pour induire une réponse antitumorale. Ainsi, ils pourraient être envisagés en monothérapie à un stade précoce de la maladie.
  • En revanche, ils seraient plus probablement associés à d’autres thérapeutiques pour les cancers plus avancés, notamment en combinaison avec des traitements immunothérapeutiques comme les inhibiteurs des check points immunitaires, les virus oncolytiques ou la thérapie cellulaire adoptive, qui consiste en l’utilisation thérapeutique de lymphocytes T cytotoxiques autologues à des fins thérapeutiques en potentialisant la spécificité naturelle de ces cellules immunitaires conditionnées contre les antigènes exprimés par les cellules tumorales et réinjectées à l’hôte.
  • Le mélanome de stade III ou IV pourrait être l’une des premières cibles thérapeutiques des vaccins à ARNm.
  • Moderna a récemment élargi son programme de développement par un essai chez des patients atteints de cancer pulmonaire non à petites cellules et un autre chez des patients atteints de mélanome cutané avancé ou métastatique.
  • BioNTechn prévoit un essai de phase 1/2 pour le traitement de première intention du cancer pulmonaire non à petites cellules à un stade avancé.
  • Et d’autres essais sont en cours chez des patients atteints de glioblastome multiforme, de leucémie myéloïde aiguë, de cancer colorectal ou du pancréas.
  • Malgré les progrès substantiels dans la réalisation de vaccins anticancéreux, plusieurs défis restent à relever, en particulier, l’identification des néoantigènes individuels du cancer et la production rapide de vaccins à ARNm individualisés.