Quelles interventions pour optimiser la prescription d’antibiotiques ?

  • Gulliford MC & al.
  • BMJ
  • 12 févr. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Cette étude britannique montre qu’une intervention multimodale à bas coût par support électronique visant à réduire la prescription des antibiotiques (ATB) par les médecins généralistes dans le cadre d’infections respiratoires à résolution spontanée est efficace chez l’adulte. Et ceci sans impact significatif sur le risque de complications bactériennes sévères. Malgré un effet modeste (12%), ce type d’intervention pourrait avoir des répercussions non négligeables en termes de santé publique pour réduire le risque d’antibiorésistance. À noter qu’aucune réduction significative des prescriptions n’a pu être enregistrée chez les moins de 15 ans ou les plus de 85 ans.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Selon l’Agence nationale du médicament et des produits de santé, la consommation en ville représente 93% de la consommation totale d’antibiotiques en santé humaine. Et selon la CNAM, 69,1% de ces prescriptions sont réalisées par les médecins généralistes, encore trop souvent pour des infections ORL, malgré les recommandations de la HAS, et notamment du fait d’une sous-utilisation des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD). Des interventions visant à améliorer la prescription des antibiotiques commencent à être testées. Une équipe britannique vient d’évaluer l’efficacité et la sécurité d’une intervention multimodale à bas coût, sur la prescription d’antibiotiques par les médecins généralistes dans les infections respiratoires à résolution spontanée.

Méthodologie

Dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé en ouvert, 79 médecins généralistes issus de la base de données UK Clinical Practice Research Datalink, et représentant près de 600.000 patients-années entre novembre 2015 et août 2017, ont été randomisés en deux groupes, l’un pour poursuivant ses pratiques habituelles dans la prise en charge des infections respiratoires à résolution spontanée, l’autre bénéficiant d’une intervention sur la gestion des antibiotiques sur une durée de 12 mois. Réalisée au moyen de supports électroniques, cette intervention comprenait un webinaire, des retours automatisés mensuels concernant la prescription d’antibiotiques, ainsi qu’un logiciel d’aide à la prescription.

Résultats 

  • Dans cette étude, 41 praticiens ont été inclus dans le groupe d’intervention sur la gestion des ATB et 38 dans le groupe soins usuels. Ils étaient installés sur l’ensemble du territoire du Royaume Uni et avaient des patients de tous âges. Le nombre de consultations pour infection respiratoire et de prescriptions d’ATB était similaire dans les deux groupes.
  • Le taux de prescriptions d’ATB (critère primaire) a été légèrement inférieur dans le groupe intervention par comparaison au groupe soins usuels (98,7 pour 1000 patients années vs 107,6), avec un risque relatif ajusté (RRa) de 0,88 [0,78-0,99] (p=0,04), sans augmentation du risque d’infection bactérienne sévère.
  • La baisse la plus importante a été observée chez les patients de 15 à 84 ans (RR 0,84 [0,75-0,95]), soit une prescription d’antibiotique évitée tous les 62 patients, indépendamment du sexe ou des comorbidités. Et la taille de l’effet semblait liée à l’utilisation du logiciel d’aide à la prescription.
  • L’effet n’était pas significatif chez les enfants de moins de 15 ans et ni chez les 85 ans ou plus. 

Limitations

L’étude n’était pas dimensionnée pour évaluer la sécurité d’une réduction de la prescription d’antibiotiques.

Plusieurs facteurs ont pu limiter la portée de l’effet de l’intervention : contexte de politique nationale de réduction des prescriptions d’ATB, biais de recrutement lié à l’inclusion des médecins les plus sensibilisés, modification des comportements liée aux retours automatisés sur les prescriptions…