Quelle stratégie choisir chez les patients PR insuffisamment répondeurs à un anti-TNF ?

  • Harrold LR & al.
  • Rheumatol Ther
  • 1 déc. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une évaluation en vie réelle montrent que chez des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR) ayant déjà été traités par anti-TNF, mais insuffisamment répondeurs, l’administration de tocilizumab (TCZ) en monothérapie ou d’une association anti-TNF et méthotrexate (anti-TNF-MTX) offrent la même efficacité sur la diminution de l’activité de la maladie à 6 mois. Ces données pourraient contribuer à aider le praticien à faire face à ces situations en pratique.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Environ 40% des patients atteints de PR présentent une réponse insuffisante au traitement par anti-TNF. Chez eux, opter pour un traitement offrant un autre mécanisme d’action peut être une option. Alors que les anti-TNF ont généralement une action augmentée lorsqu'ils sont associés au MTX, l’efficacité du TCZ serait similaire lorsqu'il est administré en monothérapie ou en association au méthotrexate. Cette étude complète ces données en apportant une analyse d'efficacité TCZ versus anti-TNF plus MTX en vie réelle. 

Méthodologie

Les patients inclus étaient issus du registre Corrona. Ils devaient avoir été préalablement traités par au moins un anti-TNF et soit avoir initiés une monothérapie par TCZ, soit une association anti-TNF plus méthotrexate.

Principaux résultats

Au total, 301 patients ayant initié un traitement par TCZ en monothérapie et 772 ayant initié une association anti-TNF-MTX ont été inclus. 96% des patients traités par TCZ ont reçu une injection IV toutes les 4 semaines, 4% ont reçu une SC (toutes les semaines ou toutes les 2 semaines). Dans le groupe anti-TNF-MTX, 116 ont initié le MTX à une dose ≤10 mg, 200 à une dose entre >10 et ≤15 mg, 337 à une dose >15 et ≤20 mg et 119 à une dose >20 mg.

À 6 mois, les patients des deux bras évalués ont eu une amélioration de l’activité de leur maladie (évaluée par le score CDAI), avec une variation moyenne de -6,9 et -9,7, sans différence significative entre la monothérapie par TCZ et l’association anti-TNF et MTX.

L’atteinte d’un score de faible activité de la maladie (CDAI≤10) et la réponse ACRm (American College of Rheumatology modifié) à 6 mois étaient comparables sous monothérapie par TCZ et association anti-TNF-MTX. 

En effet, globalement 26,8 à 38,0% des patients ont atteint un faible niveau d’activité de la maladie, 24,3 à 37,6% un ARC20m et 13,2 à 20,8% un ACR50m. Enfin, le score moyen d’évaluation de la santé à 6 mois selon le questionnaire HAQm (Health Assessment Questionnaire modifié) était de -0,1 dans les deux bras.

Principales limitations

Ce sont celles des études observationnelles : les patients inclus peuvent ne pas être représentatifs de l’ensemble des patients retrouvés en pratique clinique.