Quelle est la meilleure quantité d’activité physique pour les patients atteints d’une maladie de l’artère coronaire ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une activité physique vigoureuse une ou deux fois par semaine est associée à des résultats cardiaques supérieurs chez les patients atteints d’une maladie de l’artère coronaire stable (MACS), selon une nouvelle recherche publiée dans la revue European Journal of Preventive Cardiology

L’étude a analysé les données du registre international CLARIFY, portant sur 32 370 patients ambulatoires consécutifs atteints d’une MACS, afin de déterminer la relation entre les niveaux d’activité physique et les résultats cardiaques. 

Les patients ont été suivis pendant un maximum de cinq ans et regroupés selon l’activité physique autodéclarée, à savoir : la sédentarité, une légère activité physique la plupart des semaines uniquement, une activité physique vigoureuse une ou deux fois par semaine et une activité physique vigoureuse trois fois par semaine ou plus. Le critère d’évaluation principal était un critère composite regroupant le décès d’origine cardiovasculaire, l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral.

L’étude a révélé que les patients pratiquant une activité physique vigoureuse une ou deux fois par semaine présentaient le risque le plus faible de survenue d’un événement du critère d’évaluation principal (rapport de risque [RR] : 0,82 ; IC à 95 % : 0,71–0,93 ; P = 0,0031), en prenant le groupe pratiquant une activité physique légère comme référence. Il convient de noter que la pratique plus fréquente d’une activité physique n’a pas entraîné de bénéfice supplémentaire concernant le critère d’évaluation.

L’étude a également démontré que le décès toutes causes confondues, le décès d’origine cardiovasculaire et l’accident vasculaire cérébral survenaient moins fréquemment chez les patients qui pratiquaient une activité physique vigoureuse une ou deux fois par semaine. Le taux d’infarctus du myocarde était comparable entre les quatre groupes.