Quelle est la couverture vaccinale chez les adolescents ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • Chez les adolescents de plus de 15 ans, la couverture vaccinale (CV) est difficile à estimer car il n’existe pas de système de recueil de données de routine à cet âge
  • Une enquête en population sur un échantillon représentatif des jeunes âgés de 16 à 18 ans nés entre 1997 et 2000 a été réalisée en Ille-et-Vilaine
  • Il ressort de cette enquête que toutes les CV sont inférieures aux objectifs fixés par la loi de santé publique :
    • 92,6% à 96,9% pour la rougeole selon l’année de naissance
    • 34,6% à 51,5% pour les infections invasives à méningocoque
    • 43,5% à 49,1% pour l’hépatite B
    • 29,3% à 35,6% pour l’HPV
    • 58,8% à 73,4% pour le rappel contre la coqueluche entre 11 et 13 ans

En France, chez l’enfant, la couverture vaccinale (CV) est étudiée via les certificats de santé du 24ème mois et les enquêtes menées en milieu scolaire de 4 à 15 ans. En revanche, après 15 ans, la CV est difficile à estimer car il n’existe pas de système de recueil de données de routine et les données de l’assurance maladie ne permettent pas, pour le moment, de reconstituer un historique pour les adolescents. Pourtant, il est important de suivre la CV chez les adolescents car ils ne sont pas concernés par l’obligation vaccinale et ne bénéficient pas d’un suivi médical aussi fréquent que les enfants.

Ainsi, pour évaluer la couverture vaccinale chez les adolescents, une enquête en population sur un échantillon représentatif a été réalisée en Ille-et-Vilaine en profitant de la Journée défense et citoyenneté (JDC). La participation à cette journée est obligatoire et la convocation a lieu entre 16 et 18 ans. La date de convocation étant aléatoire, les biais de sélection ont pu être minimisés et les participants constituent ainsi un échantillon représentatif des jeunes âgés de 16 à 18 ans résidant en Ille-et-Vilaine.

Cette enquête s’est déroulée pendant 4 à 5 jours d’affilée, chaque année de 2015 à 2018. Un courrier demandant à chaque participant d’apporter son carnet de santé ou un document équivalent avait été envoyé deux semaines avant. Les données ont été collectées pour les 1281 participants ayant apporté leur document et analysées pour les 1184 adolescents nés entre 1997 et 2000 (quasiment autant de filles que de garçons).

Il ressort de cette enquête qu’entre les cohortes de naissance 1997 et 2000 :

  • La couverture vaccinale complète contre la rougeole (2 doses) varie de 92,6% à 94,2% (en passant par un maximum de 96,9% pour la cohorte 1999).
  • La CV contre les infections invasives à méningocoque (au moins 1 dose de vaccin conjugué à partir de 1 an) varie de 34,6% à 51,5%.
  • La CV complète contre l’hépatite B (2 ou 3 doses selon les schémas valides) varie de 43,5% à 49,1%.
  • La CV complète contre l’HPV (3 doses de vaccin quadrivalent ou bivalent entre 14 et 19 ans ou 2 doses entre 11 et 13 ans) varie de 29,3% à 29,4% (avec un maximum de 35,6% pour la cohorte 1999).
  • La fréquence d’injection du rappel contre la coqueluche entre 11 et 13 ans varie de 58,8% à 73,4%.

On peut noter que toutes ces CV sont inférieures aux objectifs fixés par la loi de santé publique visant à éradiquer ces maladies. On observe cependant une évolution favorable des taux de CV selon les cohortes en Ille-et-Vilaine.

Cette enquête montre que des efforts importants sont à réaliser sur le rattrapage et la promotion de la vaccination des adolescents, en particulier contre la méningite C et les infections à papillomavirus.