Quelle est l’efficacité de la vaccination antigrippale chez les plus de 60 ans ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

La capacité d’un vaccin à réduire le risque de grippe et de ses complications varie beaucoup chez les personnes âgées selon l’activité du virus, le délai entre la vaccination et la survenue des premiers symptômes, la correspondance entre la souche vaccinale et la souche circulante et le type ou le sous-type du virus concerné. Cette variabilité est encore accentuée par des facteurs individuels comme l’âge ou la présence de comorbidités. Lors d’une première méta-analyse réalisée sur les données agrégées d’études cas-témoins, l’équipe de Maryam Darvishian avait montré une efficacité modérée de la vaccination antigrippale chez les personnes de 60 ans ou plus. Mais l’analyse n’avait pu être ajustée sur les facteurs individuels de confusion tels que le sexe, l’âge, le tabagisme ou la présence de pathologies chroniques. Et par ailleurs, l’efficacité vaccinale chez les plus fragiles (75 ans ou pathologies chroniques) n’avait pu être estimée à partir des données agrégées. La même équipe a donc résolu d’entreprendre une nouvelle méta-analyse à partir des données individuelles des mêmes études.

Méthodologie

  • Une première méta-analyse réalisée à partir de données agrégées avait été conduite en 2014. Elle avait inclus les études cas-témoins ayant évalué l’efficacité de la vaccination antigrippale saisonnière en partant d’une hypothèse nulle, publiées jusqu’en juillet 2014.
  • Les auteurs de ces études ont été contacté afin d’obtenir les données individuelles et de réaliser une nouvelle méta-analyse.
  • Les patients étaient exclus lorsque leur statut vaccinal ou leur statut cas (confirmé par un test en laboratoire)/témoins étaient inconnus ou encore s’ils avaient été suspectés d’une infection par influenza plus d’une fois au cours de la même épidémie grippale.
  • Les cas étaient des patients présentant des symptômes grippaux et dont les tests viraux avaient été positifs aux virus A H1N1, A H1N1pdm09, A H3N2 ou au virus B de la grippe.
  • Les contrôles étaient des patients présentant des symptômes grippaux, mais dont les tests avaient été négatifs pour ces mêmes virus.
  • Critère primaire d’évaluation : efficacité du vaccin contre l’ensemble des virus.
  • Critère secondaire : efficacité spécifique contre certains types ou sous-types de virus.
  • Un modèle linéaire à effet mixte était utilisé pour mesurer l’efficacité vaccinale selon que le vaccin correspondait ou non à la souche circulante du virus Influenza, et en fonction de l’activité du virus (période épidémique ou non).
  • L’efficacité du vaccin était définie par une réduction du risque d’infection par un virus de la grippe identifié chez les patients vaccinés par rapport aux patients non vaccinés.
  • Une analyse en sous-groupe était conduite pour estimer l’efficacité vaccinale selon l’hémisphère (Nord ou Sud) de l’épidémie consid...