Quelle est l’augmentation du risque de saignements chez les sujets atteints de fibrillation atriale sous warfarine ?

  • Hussain S & al.
  • J Gastroenterol Hepatol
  • 6 janv. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une méta-analyse portant sur les données de plus de 50.000 individus montre que l’utilisation de la warfarine augmente le risque relatif de saignements de 35% et le risque de saignements majeurs de 32% chez les patients hémodialysés présentant une fibrillation atriale (FA).

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Plusieurs études épidémiologiques ont mis en évidence le risque de saignements en cas d’utilisation de la warfarine. Notamment chez les sujets souffrant de fibrillation atriale, qui est l’une des comorbidités les plus communes des patients hémodialysés pour laquelle cette molécule est souvent prescrite en prévention du risque thromboembolique. Pour rappel, selon les recommandations de la HAS, chez les patients atteints de FA valvulaire - après évaluation précise du risque de survenue d’un AVC ischémique et du risque de saignement - la warfarine reste l’anti-vitamine K de référence (les anticoagulants oraux non AVK constituant une alternative). Le risque thromboembolique chez les patients avec FA non valvulaire s’évalue grâce au CHA2DS2-VASc, et le risque de saignement par le score HAS-BLED ou le score HAEMORRHAGE, ce dernier pouvant être préféré chez les sujets âgés1

Méthodologie

Une méta-analyse a été conduite à partir des études mises en évidence par une revue de la littérature menée jusqu’en juin 2018. Le critère principal d’évaluation consistait à quantifier le risque de saignement associé à l’utilisation de la warfarine. Les critères secondaires évaluaient le risque de saignement chez différents sous-groupes de patients. 

Principaux résultats

Au total, 15 études ont été sélectionnées pour la méta-analyse, soit une population de 53.581 patients (37,14% de femmes). Parmi ces sujets, 17.469 étaient des utilisateurs de warfarine. Les analyses ont mis en évidence que le risque de saignements associé à l’utilisation de la warfarine était significativement plus élevé. Le risque relatif (RR) global de saignements était augmenté de 35% sous warfarine (1,35 [1,18-1,53], p