Quel risque de cancer après retrait des polypes colorectaux ?

  • Lee JK & al.
  • Gastroenterology
  • 4 oct. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le risque de cancer colorectal (CCR) ou de décès lié à un CCR était accru chez les sujets pour lesquels un ou des adénomes à haut risque, identifiés lors de la coloscopie, avaient été retirés 14 ans auparavant. En revanche, les patients ayant subi l’exérèse d’un adénome à faible risque avaient des risques statistiquement identiques à ceux pour lesquels aucun adénome n’avait été identifié à la coloscopie.

Ce résultat confirme l’importance de la surveillance préconisée par les recommandations concernant les sujets ayant eu des adénomes à haut risque, mais interroge sur celle des sujets ayant eu des adénomes à faible risque. Issu d’une étude observationnelle rétrospective, il ne permet cependant pas de conclure sans de nouvelles données : celles de l’étude clinique randomisée European Polyp Surveillance , dédiée à cette question et qui est actuellement en cours, sont attendues pour 2028.

Une étude observationnelle rétrospective menée sur 14 ans de suivi

Cette analyse a été menée à partir des données observationnelles rétrospectives d’une cohorte américaine recrutée dans 21 centres (base de données médicales d’assurés californiens KPNC). Les résultats et le suivi des patients de 50 à 75 ans ayant réalisé une coloscopie entre 2004 et 2010 ont été analysés.

Un risque de CCR multiplié par 2,6 en cas d’adénome à haut risque

Les données de 64.422 patients (âge moyen 61,6 ans, 54,3% de femmes) ont été analysées : lors de la coloscopie, 71,2% n’avaient aucun adénome, tandis que 17,0% et 11,7% d’entre eux avaient respectivement des adénomes à faible ou à haut risque. À l’issue d’une durée médiane de 8,1 ans, 117 cancers colorectaux ont été diagnostiqués, dont 117 chez le groupe sans adénome, 37 dans le groupe adénome à faible risque et 60 dans le groupe à haut risque. Le nombre de décès liés au CCR était de 22, 3 et 13 respectivement.

Les taux d'incidence annuels moyens de CCR ajustés sur l'âge étaient de 31,1 pour 100.000 personnes-années [25,7-36,5] dans le groupe sans adénome, de 38,8 [27,3-50,2] dans le groupe adénome à faible risque et de 90,8 [69,3-112,4] dans le groupe adénome à haut risque. À 10 ans, l'incidence cumulée du CCR était de 0,39%, 0,44% et 1,24% respectivement, et à 14 ans, elle était de 0,51% [0,40-0,64], 0,57% [0,34- 0,97] et 2,03% [1,13-3,61].

Sur le plan de la mortalité, les données montraient un risque cumulé à l’issue du suivi de 14 ans de 0,07% [0,04-0,12] dans le groupe sans adénome, 0,03% [0,01-0,11] dans le groupe à faible risque et 0,55% [0,18-1,69] dans le groupe à haut risque.

Ainsi, les patients du groupe adénome à faible risque n’avaient pas de sur-risque de CCR ou de décès par CCR par rapport aux sujets sans adénome (HR ajusté de 1,29 [0,89-1,88] et de HR 0,65 [0,19, 2,18] respectivement), tandis qu’un sur-risque existait pour les sujets du groupe adénome à haut risque (HR de 2,61 [1,87-3,63] et 3,94 [1,90-6,56] respectivement).