Quel est le type de traitement hormonal substitutif le plus sûr ?


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant examiné l’association entre le recours à différents types de traitement hormonal substitutif (THS) et le risque de thromboembolie veineuse (TEV) a révélé que, si les préparations orales sont associées à un risque accru de TEV, les préparations transdermiques n’entraînent en revanche aucun risque accru. 

Les chercheurs ont examiné les données issues des dossiers médicaux relatifs à des THS de 80 396 femmes âgées de 40 à 79 ans, avec un diagnostic primaire de TEV entre 1998 et 2017, et de 391 494 témoins de sexe féminin appariés. 

Globalement, 5 795 femmes (7,2 %) ayant présenté une TEV et 21 670 femmes témoins (5,5 %) avaient été exposées à un THS dans les 90 jours précédant la date de référence. 

La plupart des préparations orales se sont avérées être associées à un risque accru de TEV, par rapport à l’absence de THS. Par rapport à l’absence d’exposition, les préparations d’œstrogènes conjugués équins, avec et sans acétate de médroxyprogestérone, ont été associées aux risques les plus élevés, tandis que l’association estradiol-dydrogestérone a démontré le risque le plus faible. Aucun risque accru de TEV n’a été décelé pour les préparations transdermiques ou avec la tibolone. 

Présentant les résultats dans la revue BMJ, les auteurs ont noté un certain nombre de limites, notamment le fait que certaines préparations n’aient pas été suffisamment prescrites pour être évaluées individuellement. Ces résultats peuvent cependant aider les cliniciens et les femmes à faire de meilleurs choix de traitement, ont-ils affirmé.