Quel est le meilleur traitement contre l’hypertension ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle analyse suggèrent que les bêta-bloquants pourraient ne pas s’avérer aussi protecteurs contre les événements cardiovasculaires (CV) que les diurétiques, les inhibiteurs de l’angiotensine II ou de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA), ou les bloqueurs des canaux calciques. 

Dans une nouvelle analyse menée en situation réelle, les chercheurs ont utilisé des données issues de dossiers médicaux électroniques de 79 288 personnes observant un traitement par diurétiques, bêta-bloquants, inhibiteurs du système rénine-angiotensine (SRA ; inhibiteurs de l’angiotensine II ou inhibiteurs de l’ECA) et bloqueurs des canaux calciques. Les chercheurs ont évalué les résultats des patients pertinents sur trois ans à compter du début du traitement. 

L’étude a révélé que les patients du groupe prenant les bloqueurs du SRA pendant au moins trois années avaient présenté la réduction la plus importante de la pression artérielle et démontré le meilleur contrôle de la pression artérielle. Ces patients ont, conjointement aux patients prenant des diurétiques, également présenté les taux d’événements CV les plus faibles. Les patients du groupe des bêta-bloquants ont présenté le moins bon contrôle de la pression artérielle et un taux élevé d’événements CV. 

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Journal of Clinical Hypertension, le taux plus élevé d’événements constaté avec les bêta-bloquants « n’est peut-être pas forcément attribué à leur absence d’effet protecteur, mais plutôt à la présence d’affections pré-existantes ». D’après eux, les données appuient les recommandations qui ne préconisent pas les bêta-bloquants en monothérapie en première intention, en particulier en l’absence d’affections cardiaques pré-existantes.