Quel est le bénéfice des statines chez le sujet âgé en prévention primaire et secondaire ?

  • Lancet
  • 2 févr. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon la méta-analyse de laCholesterol Treatment Trialists’ (CTT), un traitement par statines réduit de façon significative le risque d’événements cardiovasculaires majeurs et de mortalité cardiovasculaire quel que soit le groupe d’âge considéré. La réduction du risque d’événements coronaires majeurs s’atténue au contraire avec l’âge, même si une réduction significative du risque persiste au-delà de 75 ans. En prévention secondaire, le risque d’événements cardiovasculaires majeurs est réduit dans tous les groupes d’âge, alors qu’en prévention primaire, le bénéfice semble se réduire avec l’âge (>75 ans). 

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

La capacité des statines à réduire les événements cardiovasculaires majeurs et la mortalité associée est bien établie. Les méta-analyses réalisées chez les plus âgés (plus de 65 ans) ont confirmé le bénéfice en prévention secondaire, alors que les résultats se sont avérés moins clairs en prévention primaire. Aucune n’avait jusqu’ici pu examiner l’effet par groupes d’âge. L’analyse des données individuelles de la base de la CTT a cette fois permis d’évaluer l’effet des statines dans différentes tranches d’âge, avec une attention particulière pour les plus élevées.

Méthodologie

Tous les essais randomisés de la base de données ayant évalué l’efficacité et la sécurité des statines (traitement standard ou intensif par rapport à un placebo ou à une thérapie moins intensive) sur une durée d’au moins 2 ans, et ayant inclus au moins 1.000 participants ont été pris en compte dans la méta-analyse. Leurs participants ont ensuite été répartis en 6 groupes d’âge : ≤55 ans, 56-60, 66-70, 71-75 et >75. L’effet du traitement sur les événements cardiovasculaires majeurs, la mortalité spécifique et l’incidence des cancers pour chaque réduction de 1,0 mmol/L de LDL cholestérol ont été déterminés.

Résultats 

  • Sur les 28 essais inclus, représentant près de 187.000 patients, environ 14.500 patients (8%) avaient plus de 75 ans à l’inclusion. La durée médiane de suivi était de 4,9 ans.
  • Globalement, les statines ont permis de réduire de 21% le risque d’événements cardiovasculaires majeurs pour chaque réduction de 1,0 mmol/L de LDL-cholestérol (risque relatif (RR) 0,79 [IC95% 0,77-0,81]) par rapport à ceux qui n’en prenaient pas. 
  • Cette réduction proportionnelle était significative dans tous les groupes d’âge, y compris chez les sujets qui avaient 75 ans et plus à l’inclusion. Elle avait tendance à diminuer avec l’âge, mais sans significativité (p tendance 0,06). Une tendance qui s’estompait lorsque les essais ayant inclus uniquement des insuffisants cardiaques ou dialysés, étaient exclus de l’analyse (p tendance 0,3).
  • Une réduction proportionnelle des événements coronariens majeurs de 24% (RR 0,76 [IC95% 0,73-0,79]) a également été observée, y compris chez les >75 ans, avec cependant une tendance significative à l’atténuation avec l’âge et qui se maintenait après exclusion des essais concernant les insuffisants cardiaques ou les patients dialysés (p tendance 0,01).
  • Le risque de revascularisation coronaire était également réduit sous statines de 25% (RR 0,75 [IC95% 0,73-0,78]), de même que le risque d’AVC de tous types (RR 0,84 [IC95% 0,80-0,89]), et ce de la même façon dans toutes les tranches d’âge.
  • Chez les patients qui avaient déjà une pathologie cardiovasculaire à l’inclusion, la réduction proportionnelle des événements cardiovasculaires majeurs était également la même dans tous les groupes d’âge (p tendance 0,2). Alors qu’en prévention primaire, elle diminuait de façon significative avec l’âge (p tendance 0,05).
  • En ce qui concerne la mortalité cardiovasculaire, une réduction proportionnelle significative de 12% (RR 0,88 [IC95% 0,85-0,91]) était observée pour chaque réduction de 1,0 mmol/L du LDL cholestérol, avec une tendance à la réduction de l’effet chez les plus âgés (p tendance 0,004), mais qui ne persistait pas après exclusion des essais menés sur les patients insuffisants cardiaques ou dialysés (p tendance 0,2).
  • Aucun effet des statines n’a pu être enregistré sur la mortalité non cardiovasculaire, ou par cancer, ni sur l’incidence des cancers.