Quel est l’impact de la grippe sur le risque d’événement cardiovasculaire ?

  • Kytömaa S & al.
  • JAMA Cardiol
  • 27 mars 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon les données de surveillance issues de 4 cohortes communautaires américaines, le nombre de syndromes grippaux mensuels déclarés par le Center for Disease Control (CDC) est associé dans le temps à une augmentation significative des hospitalisations pour insuffisance cardiaque (IC). Si le nombre d’hospitalisations pour infarctus du myocarde (IDM) paraissait également augmenté sur la même période, la différence n’était pas significative. Ces résultats suggèrent que la grippe contribue au risque d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque dans la population générale et incitent à accroître les mesures visant à diminuer les pics d’activité grippale.

 

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Plusieurs études ont montré une augmentation de la mortalité d’origine cardiovasculaire durant la période d’activité grippale. Les sujets souffrant d’IC ou à haut risque pour cette pathologie étant reconnus comme plus vulnérables aux complications grippales, une équipe américaine s’est interrogée sur l’impact de la grippe sur les hospitalisations pour cause cardiovasculaire et a recherché les associations temporelles entre activité grippale et hospitalisations pour IC ou IDM.

Méthodologie

Les données de surveillance de 451.588 sujets adultes (35-84 ans) ont été collectées de façon transversale au sein de 4 communautés américaines incluses dans l’étude ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities) entre octobre 2010 et septembre 2014, ce qui a permis de déterminer le nombre d’hospitalisations pour IDM ou IC probables ou confirmés. Par ailleurs, l’activité grippale mensuelle a été mesurée par le pourcentage de visites pour syndrome grippal (température >37,8°C, toux ou maux de gorge sans cause connue) auprès des cliniciens du réseau sentinelle des États concernés (rapportées par le CDC).

Résultats 

  • Au cours de la période étudiée, 4.321 sujets ont été hospitalisés pour insuffisance cardiaque et 3.541 pour infarctus du myocarde.
  • En moyenne sur l’ensemble des 4 épidémies saisonnières observées, et après ajustement sur différentes variables, une augmentation de 5% du nombre de cas de grippe mensuels a été associée à une augmentation de 24% du taux d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque au cours du même mois.
  • Cette association était retrouvée quels que soient le sexe, l’origine ethnique, la tranche d’âge ou le lieu de résidence. Elle ne variait pas non plus selon la fraction d’éjection ou les antécédents d’hospitalisation pour IC.
  • En revanche, aucune association significative n’a pu être observée entre l’activité grippale et le taux d’hospitalisations pour IDM. Et l’activité grippale dans le mois précédant l’hospitalisation n’était pas associée à d’autres événements de santé.
  • Par comparaison aux périodes à faible activité grippale, le modèle statistique a estimé que 19% des hospitalisations pour insuffisance cardiaque étaient attribuables à la grippe en période de forte activité.

Limitations

Le statut vaccinal et le diagnostic d’infection grippale n’étaient pas disponibles au niveau individuel chez les sujets hospitalisés pour IC ou IDM. Il ne peut donc être établi de lien de causalité direct entre grippe et événement cardiovasculaire.

La sévérité des grippes ne pouvait être évaluée.