Quel est l’impact chez un adulte, de passer de l’inactivité à 150 minutes d'activité physique par semaine en 5 ans ?

  • Mok A & al.
  • BMJ
  • 26 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude prospective de cohorte menée sur plus de 170.000 personnes-années montre que :

  • L’augmentation sur le long cours de l’activité physique diminuerait la mortalité et ce quel que soit le niveau initial d’activité physique.
  • Passer de l’inactivité à un niveau d’activité physique modérée à intense de 150 min/semaine (recommandations OMS) réduirait la mortalité toutes causes de 24%, la mortalité cardiovasculaire de 29% et la mortalité par cancer de 11%.
  • L’activité physique serait bénéfique même chez ceux ayant une maladie cardiovasculaire ou un cancer.

Que dire à vos patients ?

Atteindre et maintenir le minimum d’activité physique requis par les recommandations (150 min/sem) diminuerait le risque de mortalité de 46% par rapport à l’inactivité. Chez les sujets d’âge moyen ou âgés, et même en cas de cancer ou de maladie cardiovasculaire, il existe un réel bénéfice à pratiquer une activité physique et il n’est jamais trop tard pour s’y mettre !

Méthodologie

Au total, 14.599 hommes et femmes (âgés entre 40 et 79 ans) issus de la cohorte britannique European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-Norfolk) ont été suivis entre 1993-1997 et 2016. Une première évaluation clinique a été réalisée entre 1993 et 1997, puis une seconde 3,6 ans après l’inclusion. Un questionnaire a été transmis par voie postale (1995-1997) et un second 7,6 ans après l’inclusion. 

Principaux résultats

Sur les 14.599 sujets (58 ans en moyenne à l’inclusion) suivis durant 12,5 ans en moyenne, 3.148 décès ont été enregistrés (950 suite à une maladie cardiovasculaire et 1.091 suite à un cancer). Globalement entre l’inclusion et la fin du suivi, l’IMC moyen est passé de 26,1 kg/mà 26,7 kg/met le niveau de dépense énergétique lié à l’activité physique a diminué de 17% passant de 5,9 kJ/kg/jour à 4,9 kJ/kg/j. 

Les résultats des analyses montrent que l’augmentation sur le long terme de l’énergie dépensée par une activité physique diminuerait la mortalité toutes causes confondues indépendamment du niveau d’activité physique à l’inclusion.

Après ajustement au niveau d’activité physique à l’inclusion et aux facteurs de risques établis, toute augmentation de 1 kJ/kg/j par an sur 5 ans, c’est-à-dire le passage de l’inactivité physique à un niveau de 150 min/sem d’activité physique modérée à intense (recommandations OMS) diminuait la mortalité toutes causes de 24%, la mortalité cardiovasculaire de 19% et la mortalité par cancer de 11%. Les bénéfices de l’activité physique ont été mis en évidence quel que soit le niveau d’activité physique à l’inclusion, et les facteurs de risque présents (IMC, pression artérielle, qualité de l’alimentation, triglycérides, cholestérol, antécédents cardiovasculaires ou cancérologiques).

Principales limitations

L’activité physique a été évaluée à partir de questionnaires et non pas de mesures réelles.