Quel doit être l’objectif de LDL-c après un événement cérébrovasculaire ?

  • Amarenco P & al.
  • N Engl J Med
  • 18 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Après un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un accident ischémique transitoire (AIT), un objectif de LDL-c

Un taux cible qui conforte les objectifs des recommandations

Ces données, issues de l’étude randomisée Treat Stroke to Target , confirment celles d’une étude préalable (SPARCL) qui avaient montré qu’un traitement intensif de prévention secondaire par statines réduisait le risque de récidive par rapport au placebo. Elles propose une cible thérapeutique plus basse que celle définie par l'Agence française du médicament (ANSM) de 1 g/L et va dans le sens des récentes recommandations de l’ESC ( European Society of Cardiolog y) qui a défini un objectif à 0,55 g/L.

Une cohorte de patients français et sud-coréens

L’étude TST a été menée en France et en Corée du Sud : elle devait inclure des patients de plus de 18 ans (France) ou de plus de 20 ans (Corée du Sud) qui avaient présenté un AVC ischémique dans les 3 mois ou un AIT dans les 15 jours précédents, avec présence d’une atteinte athéromateuse et un score de Rankin modifié compris entre 0 et 3.

Les patients ont été randomisés (1:1) entre une cible de LDL-c

Des motifs administratifs ont imposé l’arrêt de l’étude après la survenue de 277 évènements.

Une baisse de 22% du risque d’évènements

Au total, 2.860 patients ont été inclus, avec un profil initial similaire (66-67 ans, 67-68% d’hommes, IMC 25,5-25,6 kg/m², 85,6-86,0% d’AVC). Le suivi a été mené sur une durée médiane de 3,5 ans. Le taux moyen de LDL-c à l’inclusion y était aussi similaire et égal à 135 mg/dL (3,5 mmol/L). À l’issue du suivi, il était de 65 mg/dL (1,7 mmol/L) dans le groupe cible thérapeutique basse contre 96 mg/dL (2,5 mg/l) dans le second groupe. Parmi ces deux bras respectifs, 65,9% et 94,0% étaient sous statine seule, alors que 33,8% et 5,8% recevaient également de l’ézétimibe.

Durant l’étude, 277 évènements sont survenus (AVC ischémique, infarctus du myocarde, AIT ou angor imposant une intervention/revascularisation en urgence, décès cardiovasculaire). Ils ont concerné 8,5% des patients du groupe cible thérapeutique basse contre 10,9% dans l’autre groupe (RR ajusté 0,78 [0,61 -0,98], p=0,04). En termes d’évènements indésirables, l’incidence des hémorragies intracrâniennes et celle du diabète étaient similaires dans les deux groupes.