Que pensent les médecins américains spécialistes du cancer du sein de la mastectomie controlatérale prophylactique ?

  • Yao K & al.
  • Cancer Med
  • 11 mars 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Presque tous les médecins américains (92 %) qui exercent dans des centres agréés conviennent que le statut de porteuse d’une mutation de BRCA est l’indication la plus appropriée pour la mastectomie controlatérale prophylactique (MCP).
  • Ils ne sont pas d’accord sur le fait que la MCP doit être une mesure de la qualité d’un établissement ou que l’intervention doit être couverte par l’assurance.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de l’une des premières études à évaluer l’attitude des médecins envers la MCP.

Protocole de l’étude

  • Une enquête transversale a été menée auprès de médecins plurispécialisés inclus dans le Programme national d’accréditation pour les centres de santé mammaire (National Accreditation Program for Breast Centers, NAPBC ; 2017–2018).
  • Financement : Ligue de platform tennis de Chicago (Chicago Platform Tennis League).

Principaux résultats

  • 1 226 des 2 412 médecins (50,8 %) provenant de 382 centres de santé mammaire agréés par le NAPBC aux États-Unis ont répondu.
  • Les participants étaient des oncologues médicaux (24,5 %), des radio-oncologues (25,8 %), des chirurgiens plasticiens (20,2 %) et des chirurgiens oncologues ou généraux (26,3 %).
  • 37 % des médecins étaient favorables au fait que la MCP soit couverte par l’assurance maladie pour toutes les patientes, et 46,6 % pour les patientes présentant un risque moyen de cancer du sein controlatéral.
  • 40 % des médecins estiment que le taux de MCP pour chaque médecin doit être une mesure de la qualité de l’hôpital.
  • 92 % des médecins estiment que le statut de porteuse d’une mutation délétère de BRCA est l’indication la plus courante pour la MCP.
  • 60,2 % des médecins découragent la réalisation d’une MCP chez les patientes présentant un risque moyen de cancer controlatéral.
  • Être un chirurgien plasticien est le seul facteur prédictif indiquant la prédisposition à recommander la MCP aux patientes à risque moyen de cancer controlatéral (rapport de cotes [RC] : 8,3 ; P 

Limites

  • Enquête transversale.