Quand utiliser la radiothérapie adjuvante dans le cadre du cancer du côlon ?

  • Wegner RE & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 12 nov. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La radiothérapie adjuvante était associée à une amélioration de la survie chez les patients atteints d’un cancer du côlon réséqué qui présentaient à la fois une maladie de stade T4 et des marges de résection positives.

Pourquoi est-ce important ?

  • Actuellement, aucune recommandation n’indique quand la radiothérapie adjuvante doit être utilisée dans le cadre du cancer du côlon.
  • Les auteurs recommandent pour les médecins qui envisagent d’administrer une radiothérapie adjuvante à des patients présentant un risque élevé d’échec local de réaliser des examens d’imagerie préopératoires afin d’améliorer le ciblage et d’implanter des clips ou des grains fiduciaires lors de la chirurgie afin de limiter la taille du champ et de réduire la toxicité.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de dossiers médicaux issus de la base de données nationale américaine sur le cancer (National Cancer Database ; n = 23 325).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 7 % des patients ont fait l’objet d’une radiothérapie adjuvante.
  • La dose de rayonnement médiane était de 50,4 Gy en 28 fractions.
  • La durée médiane de suivi était de 36 mois.
  • Une analyse appariée selon les scores de propension a révélé une survie médiane de 80 mois avec la radiothérapie, contre 74 mois sans radiothérapie (P = 0,25).
  • Les analyses des sous-groupes ont révélé que la chirurgie était associée à une survie plus longue chez les patients présentant à la fois une maladie de stade pT4 et des marges positives (66 mois contre 47 mois ; P = 0,02), mais pas chez les patients présentant uniquement une maladie de stade pT4 ou des marges positives.
  • La radiothérapie était associée à une survie plus longue chez les patients ayant fait l’objet d’une résection R2 (57 mois contre 32 mois ; P = 0,04), mais pas chez ceux ayant fait l’objet d’une résection R1.

Limites

  • Analyse rétrospective.