Quand le cholestérol de la mère fait l’athérome du fœtus

  • de Nigris F & al.
  • JAMA Cardiol
  • 7 nov. 2018

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Cette étude italienne a mis en évidence une forte corrélation entre taux de cholestérol total et de LDL-C maternels durant la grossesse d’une part et l’étendue des plaques d’athérome aortiques présentes chez le fœtus. Une association a également pu être établie entre le taux de cholestérol maternel et la méthylation de SREBSP2, un gène codant pour une protéine régulatrice du métabolisme du cholestérol, d’une part, et entre taux de cholestérol maternel et la réduction de l’expression de SREBSP2 d’autre part. Ces résultats suggèrent que le cholestérol maternel entraine des modifications épigénétiques chez le fœtus et que ces modifications sont associées au développement de l’athérosclérose.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Les prémices de l’athérosclérose peuvent être présents très tôt chez le fœtus et une hypercholestérolémie maternelle peut être associée à cette pathologie chez le fœtus ou le nourrisson. Le régime alimentaire et le poids maternel à la naissance impactent même le développement de maladie coronarienne chez l’enfant tout au long de sa vie.

Les mécanismes épigénétiques jouent un rôle essentiel dans l’adaptation du fœtus à l’environnement maternel. Dans le cas d’une hypercholestérolémie maternelle durant la grossesse, c’est la méthylation des gènes impliqués dans la régulation du cholestérol qui pourrait, en éteignant l’expression de certains gènes, intervenir de façon centrale dans la transmission de la maladie métabolique (et du risque cardiovasculaire associé) à la descendance. Pour tester cette hypothèse, des chercheurs de l’université de Naples ont exploré l’association existant entre cholestérol maternel et formation de plaques d’athérome chez le fœtus et ont recherché la présence de modifications épigénétiques de gènes fœtaux impliqués dans la régulation du cholestérol.

Conception de l’étude

Des échantillons d’aorte fœtale ont été prélevés sur des fœtus morts in utero entre janvier 2011 et novembre 2016. Les taux plasmatiques maternels de cholestérol total, de LDL-C, de HDL-C, de triglycérides, de glucose et l’IMC des mères ont été évalués au moment de leur hospitalisation. Le profil de méthylation de l’ADN et le niveau d’expression des gènes (ARN messagers ou ARNm) impliqués dans le métabolisme du cholestérol ont été analysés. Une corrélation de Pearson a été utilisée pour rechercher et quantifier l’association entre le niveau de méthylation de 7 gènes fœtaux intervenant dans le métabolisme du cholestérol et le taux maternel de cholestérol total, de LDL-C et de lésion aortique fœtale.

Résultats

  • Des échantillons d’aortes fœtales ont été prélevés à partir de 78 fœtus, mâles en majorité (59%) et à 25 semaines de gestation en moyenne.
  • Une forte corrélation positive a été observée entre les taux moyens de cholestérol maternels et l’étendue des lésions aortiques observées chez les fœtus (coefficient de corrélation de Pearson (r) 0,782, p
  • Des résultats similaires étaient retrouvés entre le taux de LDL-C maternel et les lésions fœtales (r 0,733, p
  • Parmi les gènes analysés, seule la méthylation du gène SREBSP2 a pu être positivement corrélée avec l’étendue des lésions aortiques fœtales (r 0,293, p=0,01), le taux de cholestérol maternel (r 0,488, p
  • De façon cohérente, l’expression d’ARNm du gène SREBSP2 a pu être inversement corrélé aux taux de cholestérol total et de LDL-C maternels, reflétant l’extinction de ce gène en présence de concentrations élevées de cholestérol maternel.
  • L’addition de cholestérol au milieu extracellulaire de cellules endothéliales en culture a de plus permis de reproduire ces variations épigénétiques et d’expression de SREBSP2 in vitro.