Qu’est-ce qui caractérise l’orthorexie pathologique ?

  • Depa J & al.
  • Nutrients

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude espagnole menée auprès de 460 étudiants, invités à répondre à deux questionnaires validés (Teruel Orthorexia Scale TOS et Food Choice Questionnaire FCQ), a permis de décrire quelques éléments distinctifs entre ceux ayant une orthorexie nerveuse (orthorexia nervosa) et les autres. En effet, ceux pour lesquels l’obsession autour des choix alimentaires est pathologique (selon le score TOS) apparaissent d’abord motivés par un contrôle de leur poids, puis par la régulation émotionnelle apportée par leurs choix alimentaires. À l’inverse, ceux dont le score TOS permet de qualifier l’orthorexie de non pathologique sont plus concernés par la nature saine de leur alimentation. Il était aussi intéressant de noter que cette étude ne mettait pas en évidence d’association entre le score TOS et le sexe. En revanche, l’avancée en âge et l’augmentation de l’IMC étaient inversement associées à l’orthorexie pathologique, au contraire des sujets non concernés par cette pathologie.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

L’exigence concernant la qualité de ses choix alimentaires est en plein essor dans les pays occidentaux. Elle peut devenir obsessionnelle et pathologique. L’orthorexie nerveuse a été associée dans différentes études à des troubles du comportement alimentaire (TCA), tandis que d’autres suggèrent qu’il s’agit d’un TCA en lui-même. Pour mieux qualifier cette pathologie, il est indispensable de la distinguer des formes non pathologiques. L’utilisation du questionnaire FCQ visant à décrire les motifs explicatifs des choix alimentaires pourrait ainsi être un élément utile dans cet objectif.

Méthodologie

Les auteurs espagnols de cette étude ont recruté sur la base du volontariat 460 étudiants de 18-26 ans et les ont invités à répondre au questionnaire TOS permettant de qualifier l’orthorexie de pathologique ou non pathologique selon les réponses à une série de d’assertions que le sujet devait coter de 1 à 4 selon son degré d’adhésion (ex : ‘je mange essentiellement des aliments que je considère comme sains, ‘mes pensées concernant une alimentation saine ne me permettent pas de me concentrer sur d’autres tâches). Ils devaient aussi répondre au questionnaire FCQ basé sur 9 paramètres motivationnels (santé, praticité, sensorialité, naturel, éthique, contrôle du poids, humeur, familiarité, prix).

Interprétation

La corrélation entre la catégorisation TOS et les différents items du questionnaire FCQ a permis de confirmer l’existence de quelques éléments spécifiques des sujets présentant une orthorexie nerveuse. Pour les auteurs, la volonté de ces derniers de contrôler leur poids serait soit l’expression d’une volonté d’éviter les risques de santé liés au surpoids et à l’obésité, soit le signe que cette entité constitue bien un trouble du comportement alimentaire spécifique.