Publication des statistiques sanitaires mondiales pour 2019


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouvelles données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) soulignent des différences significatives selon le sexe concernant l’espérance de vie, l’utilisation de soins de santé et les causes de mortalité. 

Le rapport de l’OMS intitulé Statistiques sanitaires mondiales 2019, qui contient pour la première fois des statistiques ventilées par sexe, montre que, partout dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes, les hommes vivant jusqu’à 69,8 ans en moyenne et les femmes jusqu’à 74,2 ans. L’espérance de vie à 60 ans est de 21,9 ans pour les femmes et de 19 ans pour les hommes.

Le rapport montre que l’espérance de vie réduite des hommes n’est pas due à une cause unique ou à un nombre limité de causes, et que parmi les 40 causes principales de décès, 33 contribuent davantage à la réduction de l’espérance de vie chez les hommes que chez les femmes. En 2016, la probabilité qu’une personne de 30 ans décède d’une maladie non transmissible avant l’âge de 70 ans était 44 % plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Les taux mondiaux de mortalité par suicide étaient 75 % plus élevés chez les hommes que chez les femmes. 

Les attitudes envers les soins de santé diffèrent également. Les hommes et les femmes sont confrontés aux mêmes maladies, mais les hommes cherchent moins à se faire soigner que les femmes. 

Un certain nombre de mesures clés sont suggérées pour donner suite à ces résultats, notamment le développement de politiques et de programmes de santé qui tiennent compte du sexe et du genre.