Psoriasis : l’aprémilast apporte une efficacité modeste à un an, mais les EI sont fréquents

  • Del Alcázar E & al.
  • J Eur Acad Dermatol Venereol
  • 9 avr. 2020

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude rétrospective, près de la moitié des patients ayant reçu de l’aprémilast ont obtenu une amélioration supérieure ou égale à 75 % à l’indice d’étendue et de sévérité du psoriasis (Psoriasis Area and Severity Index, PASI 75) à 12 mois, même si des problèmes gastro-intestinaux étaient fréquents.

Pourquoi est-ce important ?

  • On sait peu de choses sur l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’aprémilast en pratique réelle.

Principaux résultats

  • À 1 an, 49,7 % des patients ont obtenu un score PASI 75 et 26,5 % ont obtenu un score PASI 90.
  • Le score moyen à l’évaluation globale du médecin (Physician Global Assessment) pour le psoriasis palmoplantaire a diminué, passant de 4,2 à l’inclusion à 1,3 à la semaine 52.
  • Le taux de rétention du médicament à 1 an était de 54,9 %.
  • Les raisons les plus fréquentes à l’arrêt du traitement étaient la perte d’efficacité (23,9 %) et les événements indésirables (EI ; 15,9 %).
  • 47 % des patients ont présenté un nombre d’EI supérieur ou égal à 1. Les EI les plus fréquents étaient les problèmes gastro-intestinaux et l’asthénie.

Protocole de l’étude

  • 292 patients atteints d’un psoriasis en plaques et 85 patients atteints d’un psoriasis palmoplantaire ayant été traités par aprémilast ont été inclus.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.