Proposition du moment optimal pour la chirurgie réparatrice d’une fracture de la hanche


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude ont incité ses auteurs à suggérer que tous les adultes plus âgés stables sur le plan médical ayant subi une fracture de la hanche fassent l’objet d’une chirurgie le jour de leur hospitalisation ou le jour suivant. 

Pour les besoins de l’étude, publiée dans la revue Canadian Medical Association Journal, les chercheurs ont analysé les données de l’Institut canadien d’information sur la santé portant sur près de 140 000 patients âgés de 65 ans ou plus qui avaient fait l’objet d’une chirurgie pour une première fracture de la hanche dans 144 hôpitaux.

Ils ont découvert que la mortalité à l’hôpital cumulée à 30 jours était de 4,9 % chez les patients ayant été traités chirurgicalement le jour de leur admission, ce taux passant à 6,9 % en cas de chirurgie pratiquée après le jour 3. Les auteurs ont prévu 11 décès supplémentaires pour 1 000 chirurgies réparatrices d’une fracture de la hanche si toutes les chirurgies chez les patients stables sur le plan médical étaient pratiquées après le troisième jour d’hospitalisation plutôt que lors du jour d’admission. La proportion de décès à l’hôpital attribuables aux retards chirurgicaux correspondant à une opération pratiquée après le deuxième jour d’hospitalisation a été estimée à 16,5 %. 

« Nos résultats nous permettent de déduire un point critique pour le moment auquel pratiquer la chirurgie réparatrice d’une fracture de la hanche. Nous suggérons aux cliniciens, aux administrateurs et aux décideurs de ne pas “laisser le soleil se coucher deux fois” pour les adultes âgés stables sur le plan médical avant leur chirurgie réparatrice d’une fracture de la hanche », a indiqué l’investigateur principal, le Dr Pierre Guy.