Proposition d’une nouvelle stadification ganglionnaire pour les tumeurs neuroendocriniennes du côlon

  • Fields AC & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 29 mars 2019

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le nombre de ganglions lymphatiques positifs est un facteur important dans le cadre de la stadification des tumeurs neuroendocriniennes (TNE) du côlon, avec des différences significatives en termes de survie en corrélation avec l’augmentation du nombre de ganglions atteints.
  • Ces auteurs proposent N0 (aucun), N1a (1 ganglion positif), N1b (2–9 ganglions positifs) et N2 (plus de 10 ganglions positifs) comme classifications pour les métastases ganglionnaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • Tous les systèmes de classification actuels sont binaires (N0 [aucun] ou N1 [supérieur ou égal à 1]), ce qui empêche d’affiner le pronostic d’après l’atteinte ganglionnaire.
  • La stadification d’autres tumeurs solides suit un classement qui s’appuie davantage sur le nombre de ganglions positifs.

Principaux résultats

  • Les différents grades de ganglions proposés ont des taux de survie à 5 ans explicites (IC à 95 %) :
    • N0 : 69,8 % (66,7–72,7 %) ;
    • N1a : 63,9 % (59,6–68,0 %) ;
    • N1b : 38,9 % (35,4–42,3%) ;
    • N2 : 15,7 % (11,9–20,0 %) ;
    • P inférieure à 0,05 pour toutes les comparaisons par paires.
  • Le stade ganglionnaire a prédit de façon significative la SG selon l’analyse de régression de Cox.
  • Survie à 5 ans d’après l’approche binaire (IC à 95 %) :
    • N0 : 69,8 % (66,7–72,7 %) ;
    • N1 : 42,2 % (39,8–44,7 %).

Protocole de l’étude

  • 2 472 patients atteints d’une TNE du côlon, identifiés dans la base de données nationale américaine sur le cancer (National Cancer Database), ont été analysés.
  • Financement : Aucun financement n’a été communiqué. 

Limites

  • Les patients pour lesquels il manquait des données sur les ganglions lymphatiques ont été exclus.
  • L’étude s’est appuyée sur la survie globale plutôt que sur la survie spécifique à la maladie.