Pronostic des sujets souffrant d’insuffisance cardiaque en fonction de la fraction d’éjection

  • Malik A & al.
  • Am J Med
  • 20 juil. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez les sujets âgés hospitalisés pour insuffisance cardiaque (IC), une hospitalisation dans les 6 derniers mois était associée à un risque plus élevé de mortalité et de réadmission hospitalière, et ce que la fraction d’éjection (FE) cardiaque soit réduite ou préservée.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

De précédentes données suggéraient que l’hospitalisation pour insuffisance cardiaque était un critère de mauvais pronostic chez les sujets en ambulatoire souffrant d’IC chronique, et en particulier lorsque la FE était réduite. En revanche, peu de données permettaient de savoir ce qu’il en était chez les sujets âgés souffrant d’IC aiguë hospitalisés, et en particulier pour ceux chez qui la fraction d’éjection était préservée, ce qui assez fréquent au sein de cette population.

Méthodologie

Sur les 25.345 patients hospitalisés inclus dans le registre OPTIMIZE-HF entre 2003 et 2004, 22.491 avaient une IC connue. Parmi eux, 7.648 avaient une IC avec une fraction d’éjection préservée (≥50%) et 9.558 une fraction d’éjection réduite (≤40%).

Respectivement 924 sujets ayant une IC avec FE préservée et 1.862 sujet avec EF réduite ayant été hospitalisés pour IC dans les 6 mois précédents ont été appariés à 924 et 1.844 sujets ayant les mêmes particularités cliniques mais n’ayant pas été hospitalisés. L’âge moyen était de 78 ans, 90% ≥65 ans, 69% étaient des femmes. Les patients ayant une fraction d’éjection entre 41% et 49% ont été exclus des analyses.

Principaux résultats

Au total, 927 des sujets IC avec FE préservée et 1.862 de ceux ayant une FE réduite avaient été hospitalisés dans les 6 mois précédant la date index d’hospitalisation. 

  • Chez les sujets avec IC et FE préservée, la mortalité toutes causes confondues était de 81% et 71% sur les 6 années de suivi, respectivement pour les individus qui avaient été hospitalisés pour IC dans le dernier semestre ou pas. Le risque de décès toutes causes confondues était 35% plus élevé chez ceux qui avaient déjà été hospitalisés dans les 6 derniers mois par rapport à ceux qui n’avaient pas été hospitalisés. Au sein de cette population, chez ceux qui avaient déjà été hospitalisés dans les 6 derniers mois pour IC, le risque de réadmission hospitalière  était respectivement 34% et 90% plus élevé toutes causes et IC spécifiquement. 
  • Chez les individus avec IC et FE réduite, la mortalité toutes causes était respectivement de 79% et 73% chez les sujets qui avaient été hospitalisés pour IC dans les 6 derniers mois ou non . Elle était ainsi significativement plus élevée de 17% chez ceux qui avaient déjà été hospitalisés dans les 6 derniers mois.

Principale limitation

Des biais liés à des variables non mesurées sont toujours possibles malgré l’utilisation de scores de propension.