Pronostic comparé entre l’insuffisance respiratoire liée au COVID-19 et celle liée aux autres étiologies

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une étude rétrospective multicentrique, la mortalité à 90 jours liée à la pneumonie COVID-19 et prise en charge par ventilation mécanique est comparable à celle des autres étiologies, malgré des durées de ventilation plus longues. Aucun paramètre ventilatoire et biologique important n’est apparu comme cliniquement différent dans la physiologie respiratoire.

  • Les auteurs concluent à l’absence de phénotypes spécifiques chez les patients atteints de pneumonie à COVID-19. Aussi, leur prise en charge doit restée calquée sur les pratiques consensuelles fondées sur des preuves.

Pourquoi est-ce important ?

Dès le début de la pandémie, l'insuffisance respiratoire aiguë liée au COVID-19 a été rapidement décrite comme étant différente sur le plan de la présentation et du pronostic, par rapport à d’autres étiologies. Cependant, depuis que les modalités de prise en charge du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ont été déterminées (ventilation à bas volume courant et décubitus ventral), il n’a pas été clairement établi si l’évolution de l’insuffisance respiratoire et la mortalité qui lui est liée restaient spécifiques à l’infection au SARS-CoV-2 par rapport aux autres étiologies. Cette étude rétrospective propose de comparer directement les caractéristiques et la mortalité liée à la pneumonie selon son étiologie.

Méthodologie

Cette étude observationnelle multicentrique (cinq hôpitaux américains) et rétrospective a inclus tous les sujets ≥18 ans qui avaient eu une pneumonie sévère et une insuffisance respiratoire aiguë liée ou non à une infection COVID-19 et qui avaient nécessité l’initiation d’une ventilation mécanique dans les 14 jours suivant leur hospitalisation. Les patients infectés par le COVID-19 (diagnostic PCR) ont été admis entre mars 2020 et juin 2021 et ont été comparés à une cohorte non-COVID-19 constituée à partir des données de patients admis entre juillet 2016 et décembre 2019.

Principaux résultats

Au total, l’étude a inclus et comparé 719 sujets COVID-19 (âge moyen 61,8 ans, 61,5% d’hommes) et 1.127 sujets non COVID-19 (âge moyen 60,9 ans, 52,0% d’hommes). Les premiers étaient plus susceptibles d'être des hommes, d'appartenir à un groupe d’origine ethnique non caucasienne, d'être diabétiques ou d'avoir un IMC élevé ou un score SOFA faible par rapport aux seconds

Sur le plan respiratoire, les patients COVID-19 avaient été intubés plus tardivement que les autres après admission (4,1 versus 3,4 jours, p<0,001) et avaient une hypoxie plus sévère (rapport PaO2 / FiO2).

Après ajustement et appariement sur le score de propension, le risque de décès à 90 jours des patients COVID-19 était comparable à celui des patients non COVID-19 (odds ratio 1,04 [0,81-1,35], p=0,85). Sur le plan des paramètres respiratoires et ventilatoires, les deux groupes avaient une compliance du système respiratoire et un ratio ventilatoire comparables, mais les patients COVID-19 avaient un taux plus faible d’arrêt de la ventilation mécanique (HR 0,81 [0,65-1,00]).

Après stratification sur le rapport PaO2/FiO2, le délai moyen avant décès était comparable dans les deux populations que ce ratio ait été faible ou élevé (> ou ≤150 mmHg). En revanche, le délai moyen de sortie en vie était supérieur chez les patients COVID-19 dans le groupe PaO2/FiO2 ≤150 mmHg ou > 150 mmHg (HR 0,79 [0,63-0,99], et 0,83 [0,72-0,96], p significatif).