Pronostic chirurgical du cancer colorectal métastatique avec ou sans mutations BRAF

  • Gau L & al.
  • Eur J Surg Oncol

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Trois études récentes d’intérêt viennent d’être prises en compte dans une méta-analyse évaluant le pronostic vital et le risque de récidive chez des patients ayant un cancer colorectal avec métastases hépatiques avec ou sans mutations BRAF. Les conclusions de cette méta-analyse confirment la rareté des mutations BRAF chez les patients devant subir une résection hépatique dans ce contexte. Elles confirment également que les patients avec mutations BRAF ont un faible pronostic vital, avec une faible survie globale, une faible survie sans récidive et des taux de récidive hépatique et extra-hépatique plus élevés que ceux qui n’ont pas de mutations BRAF. Bien qu’il ait été difficile de mettre en évidence des différences de profil clinico-pathologique entre ces deux groupes de patients, les auteurs insistent sur le fait que la présence de mutations BRAF n’exclut pas pour autant la survie à long terme. Ainsi, pour eux, les patients atteints de cancer colorectal avec métastases hépatiques et mutations BRAF devraient être considérés pour une résection hépatique et informés des risques importants de récidive.

Méthodologie

Cette méta-analyse a inclus 13 études rétrospectives (soit 5.192 patients) conduites chez les patients ayant un cancer colorectal avec métastases hépatiques, publiées entre 2012 et 2020. 

Principaux résultats

Parmi les sujets inclus, 4,4% ont subi une hépatectomie alors qu’ils étaient porteurs de mutations BRAF. 

Les analyses montrent une survie globale (Odds ratio (OR) 1,981) et une survie sans récidive (OR 1,49) améliorées après chirurgie hépatique en cas de mutations BRAF.

Le risque de récidive hépatique était significativement plus important chez les patients porteurs de mutations BRAF. Le taux de récidives extra-hépatiques variait entre 25% et 100% pour les sujets porteurs de mutations BRAF.

Pourquoi ces données sont-elles intéressantes ?

Selon cette méta-analyse, seuls 4,4% des patients atteints de cancer colorectal avec métastases hépatiques ont subi une hépatectomie, alors que selon la littérature, 7% à 15% des patients atteints de cancer colorectal seraient porteurs de cette mutation. Cette différence pourrait tenir au fait que les patients avec mutations BRAF ont souvent une atteinte extrahépatique non résecable au moment du diagnostic.

Principales limitations

Ces analyses portent sur des échantillons hétérogènes et des études rétrospectives.