Production de sperme, appétit et absorption intestinale du glucose


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les différences entre les deux sexes biologiques ne portent pas uniquement sur les organes sexuels mais concernent également les processus physiologiques et métaboliques. Les mécanismes de ces différences ne sont pas bien compris. Une équipe française associant l’Institut de biologie Valrose (CNRS/INSERM/Université Nice Sophia Antipolis) et le laboratoire Plasticité du cerveau (CNRS/ESPCI Paris) s’est intéressée aux relations entre intestin et gonades mâles chez la drosophile ( Drosophila melanogaster ) dans un travail publié dans Cell

Chez cet insecte, la gonade mâle est en étroite proximité avec une région particulière de l’intestin. Les chercheurs ont montré que celle-ci a un métabolisme des glucides (absorption et digestion) plus important que chez la femelle. Cette accentuation est médiée par la voie de signalisation intracellulaire JAK-STAT. En retour, les entérocytes en jeu sécrètent du citrate, entraînant une augmentation de la production de sperme et de la consommation alimentaire. Pour les chercheurs, il existe donc chez les drosophiles mâles un axe gonade-intestin associant production de sperme et apports alimentaires, révélant une communication métabolique entre organes dont les conséquences physiologiques sont importantes. Bien que chez l’homme, les testicules n’aient pas la même proximité avec l’intestin, les auteurs rappellent que c’est cependant le cas pendant une bonne partie de la croissance in utero . Ils suggèrent également que, par ailleurs, le rôle du citrate pourrait être bien plus étendu que celui qui lui est jusqu’ici attribué.