Prise en charge hospitalière de la sclérose en plaques en France : de fortes disparités selon les régions

  • Blein C, et al.
  • Rev Epidemiol Sante Publique
  • 8 oct. 2018

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Cette étude a comparé la prise en charge hospitalière de patients atteints de SEP en 2015, dans 3 régions françaises présentant des profils différents en termes de prévalence de la maladie, d’étendue géographique et d’offre de soins. Les résultats dévoilent des profils et des coûts de prise en charge variables selon les régions et les établissements. Alors que la région Centre est assez proche du profil national, la région Rhône-Alpes (RA) et Nord-Pas-de-Calais (NPC) s’en éloignent davantage. Les taux d’hospitalisation complète sont plus élevés en RA qu’au niveau national ou dans le NPC. Les hospitalisations ambulatoires sont au contraire plus fréquentes en NPC par rapport au niveau national ou de RA, en lien avec une activité plus importante d’administration de natalizumab. Les facteurs à l’origine de ces différences n’ont malheureusement pas été recherchés. Le coût moyen par cas traité varie de 525 euros en NPC à 770 euros en RA.

Conception de l’étude

L’étude a été réalisée à partir des données hospitalières du programme médicalisé des systèmes d’information (PMSI) du champ médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) sur l’année 2015. Elle a pris en compte l’ensemble des hospitalisations disposant d’un diagnostic principal ou relié de sclérose en plaques de trois régions françaises et a analysé les caractéristiques de prise en charge, le parcours hospitalier, les traitements médicamenteux, ainsi que les coûts associés. Trois régions différant par la prévalence de la SEP, le taux de neurologues libéraux, leur étendue géographique et leur offre de soins ont été comparées : Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais et Centre. 

Résultats au niveau national

Au niveau national, 95.359 séjours hospitaliers ont été identifiés, correspondant à 21.102 patients SEP. Ces séjours ont représenté 8,8% de l’activité hospitalière en neurologie en 2015.

La prise en charge était le plus souvent réalisée en ambulatoire (88,5% des séjours) et dans des établissements publics (85,2%), et dans près de la moitié de ces cas, associée à l’administration du natalizumab (42,5%). 11,5% des séjours relevaient d’une hospitalisation complète. Le coût global des séjours hospitaliers MCO sur l’année 2015 a été de 54,1 millions d’euros, avec un coût moyen au cas traité de 568 euros.

En région Rhône-Alpes

Les hospitalisations pour SEP ont représenté 7,6% de ces prises en charge au niveau national et 9,6% des patients SEP. 19,4% des séjours étaient réalisés en hospitalisation complète et représentaient 14% des journées d’hospitalisation complète pour SEP au niveau national. La grande majorité d’entre eux (58,4%) avait lieu en établissements publics (93,1% des séjours) et se concentrait au sein de 2 hôpitaux de la région (58,4%), les Hospices Civils de Lyon et le CHU de Grenoble.

Le coût régional des séjours hospitaliers MCO relatifs à la SEP sur l’année 2015 a été de 5,6 millions d’euros, soit 10,4% du coût national, avec un coût moyen parcas traité plus élevé qu’au niveau national (770 euros).

Dans le Centre

Dans cette région, les hospitalisations pour SEP n’ont représenté que 2,7% des séjours hospitaliers nationaux et 2,8% des patients SEP. 12,9% des séjours étaient réalisés en d’hospitalisation complète et représentaient 3,1% des journées d’hospitalisation complète pour SEP au niveau national. Là aussi, la majorité des prises en charges avait lieu en établissements publics (83,5%) et se concentrait sur 3 principaux centres : le CHU de Tours, celui d’Orléans et le pôle santé Léonard de Vinci de Chambray-lès-Tours (privé). Le coût régional des séjours hospitaliers pour SEP a représenté 1,5 million d’euros, soit 2,8% du coût national, avec un coût moyen par cas traité du même ordre de grandeur que celui observé au niveau national (592 euros). 

Dans le Nord-Pas-de-Calais

Les hospitalisations pour SEP ont représenté 9,8% des séjours hospitaliers nationaux et 10% des patients SEP. Les hospitalisations complètes représentaient 7,1% des séjours au niveau régional et 6,6% au niveau national. Un tiers des séjours hospitaliers ont eu lieu dans le principal centre hospitalier prenant en charge la SEP, le CHU de Lille, suivi par le CH de Lens et l’hôpital St-Vincent de Paul (privé). Le coût total des séjours MCO relatifs à la SEP a été de 4,9 millions d’euros, soit 9,1% de la dépense nationale, avec un coût moyen par cas traité de 525 euros, légèrement inférieur à la moyenne nationale.

Limitation

Les 4 auteurs de cet article travaillent pour le laboratoire Biogen.