Prise en charge de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées : nouvelles recommandations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société d’endocrinologie (Endocrine Society) a publié de nouvelles recommandations de pratique clinique sur la prise en charge pharmacologique de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées. 

Les principales recommandations sont notamment les suivantes : 

  • Les bisphosphonates sont recommandés comme le choix thérapeutique de première intention pour les femmes ménopausées à haut risque de fracture. 
  • Le risque de fracture doit être réévalué lorsque qu’une personne est sous bisphosphonates depuis trois à cinq ans. 
  • Suite à cette réévaluation, les femmes sous bisphosphonates qui présentent un risque de fracture faible à modéré doivent se faire prescrire une période d’arrêt des bisphosphonates allant jusqu’à cinq ans. 
  • Du dénosumab à une dose de 60 mg par voie sous-cutanée tous les 6 mois est recommandé comme un traitement initial alternatif pour les personnes présentant un risque élevé de fractures ostéoporotiques. 
  • Le risque de fracture doit être réévalué chez les personnes prenant du dénosumab après 5 à 10 ans. Les personnes qui continuent de présenter un risque élevé de fractures doivent continuer le dénosumab ou recevoir d’autres traitements contre l’ostéoporose. 
  • L’administration de dénosumab ne doit pas être différée ou arrêtée sans un traitement antirésorptif ultérieur ou un autre traitement visant à prévenir un effet rebond dans le remodelage osseux. 
  • Le calcium et la vitamine D doivent être utilisés comme des adjuvants aux traitements contre l’ostéoporose. 

Les recommandations ont été publiées dans la revue Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism