Priorités en matière de santé au sommet du G7


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si le compte rendu du sommet du G7 ce week-end s’est concentré sur les pourparlers commerciaux et le changement climatique, les dirigeants participant à l’événement ont également abordé un certain nombre de problèmes entourant les systèmes de santé, les urgences et la résistance aux antimicrobiens. 

L’événement principal, qui s’est déroulé au Québec au Canada, a réuni les dirigeants de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et de l’Union européenne. Les principaux problèmes évoqués lors du sommet sont contenus dans un communiqué, qui a été initialement soutenu par les principaux pays. Le président des États-Unis, Donald Trump, s’est toutefois désolidarisé par la suite du document. 

Dans la déclaration, les dirigeants ont accepté de s’engager dans des efforts visant à soutenir des systèmes de santé forts et durables qui permettent l’accès à des soins de qualité à un coût abordable et qui portent une plus grande attention à la santé mentale. Les dirigeants se sont également engagés à promouvoir et à protéger la santé et le bien-être des femmes et des adolescentes grâce à des soins de santé fondés sur les données scientifiques et grâce à des informations en matière de santé. Le document contient en outre un engagement à coordonner les efforts mondiaux pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens et à en faire une priorité dans le cadre d’une approche « une seule santé », ainsi qu’à accélérer les efforts pour éliminer la tuberculose et œuvrer avec les partenaires pour éradiquer la polio et prendre en charge de manière efficace la transition suivant son éradication.