Primo-infection : caractérisation de la diversité du VIH-1 dans les différents compartiments


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Il existe une faible diversité génétique de la protéine env d’enveloppe du VIH-1 selon une étude menée par séquençage du virus dans plusieurs compartiments chez huit patients en situation de primo-infection.


La compréhension de la dynamique de constitution des compartiments et des réservoirs VIH dès les premiers stades de l’infection est importante pour développer de nouvelles approches thérapeutiques. Selon la notion de goulot d’étranglement génétique, les souches VIH impliquées lors de la primo-infection sont génétiquement uniformes, suggérant qu’un seul variant viral serait impliqué dans la transmission du virus et expliquant la faible diversité génétique observée lors de la phase suivant immédiatement l’infection. La dynamique selon laquelle se constituent les différents compartiments ensuite est mal connue. Une équipe française a mené une méthode d’ultra-deep sequencing (UDS) permettant notamment une analyse plus exhaustive grâce à la mise en évidence des populations virales minoritaires.

Ils ont ainsi dosé et comparé les ARN viraux et ADN au niveau des différents compartiments (plasma, sang, liquide séminal, salive…) prélevés chez 8 patients en primo-infection VIH (dont 4 symptomatiques, 1 hétérosexuel, 7 hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes). Ces analyses ont permis de confirmer la constitution rapide du réservoir viral dans le sang total, celle du réservoir séminal étant plus tardive.

Ensuite, la diversité du gène de la protéine d’enveloppe env a été étudiée par UDS et a été évaluée comme faible pour la plupart des échantillons. Si une tendance a été observée à une diversité moyenne supérieure entre les différents compartiments pour les patients en stade Fiebig IV et V, ceci n'a pas été confirmé statistiquement. Par ailleurs, les arbres phylogénétiques établis confirment la faible diversité, un même haplotype ayant été identifié dans tous les compartiments étudiés chez 5 des 8 patients, et même si deux autres présentaient une diversité un peu supérieure au niveau du plasma et du sang total. Ces données sont compatibles avec la notion de goulot d'étranglement génétique et confirment la constitution rapide des différents réservoirs après l'infection.