Primo-infection au CMV durant la grossesse : les séquelles auditifs et neurologiques ne surviennent qu’en cas d’infection au cours du premier trimestre

  • Faure-Bardon V & al.
  • Clin Infect Dis
  • 31 déc. 2018

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’infection par le CMV n’entraîne des séquelles sévères (pertes auditives sensorielles et/ou séquelles neurologiques) qu’en cas d’infection du fœtus durant les stades embryonnaires ou fœtaux précoces (1er trimestre de grossesse). Le taux d’enfants affectés est de 32,4% dans ce cas. Ces résultats plaident en faveur d’une information des futures mères, d’un dépistage sérologique des infections à CMV au cours du premier trimestre et d’une amniocentèse rapide en cas d’infection maternelle. Pour l’heure les recommandations préconisent un suivi auditif et neurologique des enfants infectés in uterodurant les 5 premières années de vie. Ces résultats suggèrent que ce suivi pourrait être limité à ceux dont l’infection primaire de la mère est survenue au cours des 14 premières semaines de grossesse ainsi que chez ceux dont la mère a eu une infection non primaire puisque le moment de l’infection ne peut être déterminé dans ce cas. Par ailleurs, les mères primo-infectées plus tardivement au cours de leur grossesse peuvent être rassurées.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

L’infection par le CMV humain représente la cause d’infection congénitale la plus fréquente et reste une cause majeure de séquelles à long terme. Le lien entre risque de séquelles et stade de la grossesse au moment de l’infection n’a jusqu’ici été exploré que par des études rétrospectives anciennes et de petite taille qui ont montré que le risque était plus important lorsque l’infection survenait au cours du premier trimestre de grossesse. Une équipe française fait le point sur la question à la lueur de résultats prospectifs plus récents et ayant bénéficié d’outils diagnostiques plus performants. 

Méthodologie

La date de l’infection primaire par le CMV au cours de la grossesse a été déterminée de façon prospective grâce à des tests sériques trimestriels réalisés chez 255 femmes enceintes infectées et poolées à partir de 3 cohortes différentes. Puis les fonctions motrice, cognitive, du langage et psychologique des enfants infectés par le CMV ont été régulièrement évaluées depuis leur naissance et jusqu’à 48 mois. Des tests auditifs étaient également réalisés à chaque visite.

Résultats

  • Suite à une infection de la mère par le CMV au cours de la grossesse, 234 fœtus ont été infectés de manière congénitale : 58% (126) d’entre eux alors que l’infection avait eu lieu au premier trimestre, 28% (72) pour une infection au cours du 2trimestre et 14% (36) au cours du 3e. Le suivi médian des enfants infectés a été de 24 mois.
  • Un faible poids de naissance a été observé chez 14%, 19% et 36% des nouveau-nés infectés au cours du premier, deuxième et  trimestre de grossesse. 
  • Des pertes auditives sensorielles ont été relevées uniquement chez les nouveau-nés infectés au cours du 1er trimestre de grossesse. Lors de la dernière visite, une perte auditive sensorielle et/ou des séquelles neurologiques ont été retrouvées chez 32,4% [IC95% : 23,72-42,09] des enfants dont la mère avait été infectée au cours du premier trimestre, alors qu’aucune séquelle n’a pu être identifiée lorsque l’infection avait eu lieu au cours des 2et 3trimestres de grossesse.

Limitations

Suivi médian limité à 24 mois qui n’a donc pas pris en compte les pertes auditives sensorielles de survenue plus tardive, bien que l’essentiel des séquelles apparaissent généralement avant l’âge de 1 an.

Absence de groupe contrôle (enfants non infectés).