Prévention du risque suicidaire : les thérapies digitales feraient aussi bien que celles en présentiel

  • Torok M et al.
  • Lancet Digital Health
  • 28 nov. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Selon cette revue systématique de la littérature, les thérapies digitales de soutien autoguidées, délivrées sans accompagnement d’un psychologue via une application mobile ou sur Internet sont efficaces pour réduire les idéations suicidaires. 
  • La taille de l’effet est modeste et les interventions ciblant directement ces idéations suicidaires semblent plus efficaces que celles ciblant la dépression. 
  • La taille de l’effet obtenu par les interventions directes est du même ordre de grandeur que celui obtenu par des interventions présentielles, suggérant des niveaux d’efficacité semblables. 
  • Les auteurs encouragent à une plus large diffusion et promotion de ces thérapies digitales auprès des publics concernés, y compris (et surtout) dans les pays à faibles et moyens revenus. 

  

Les suicides concernent un nombre important de personnes chaque année. Mais bien que les thérapies de soutien constituent une approche de prévention efficace, beaucoup n’y font pas appel pour des raisons de freins divers. Les thérapies digitales de soutien autoguidées, délivrées sans accompagnement d’un psychologue via une application mobile ou sur Internet, ont déjà apporté la preuve de leur efficacité pour réduire les symptômes anxieux et dépressifs et ont été développées pour répondre aux idéations suicidaires et à d’autres problématiques de santé mentale. Le fait qu’elles soient anonymes, coût-efficaces, évolutives et facilement accessibles pourrait aider à lever les freins associés aux thérapies plus classiques : peur d’être jugé, difficulté à exprimer ses difficultés, volonté de régler soi-même ses problèmes. Elles sont également envisagées dans les pays où l’accès aux soins est plus difficile. Une équipe australienne vient de réaliser une revue de la littérature pour évaluer l’efficacité de ces thérapies dans la prévention des idéations et des comportements suicidaires. 

Une efficacité modeste mais réelle 

Tous les essais de supériorité ayant comparé des thérapies digitales de soutien autoguidées délivrées par applications mobiles ou sur Internet ont été inclus. Seize études d’interventions ciblant directement les idéations suicidaires ou de façon plus indirecte la dépression, et représentant 4.398 participants, adultes pour la plupart, ont été retenues. Les interventions étaient basées sur des thérapies cognitives et comportementales (TCC) ou sur des thérapies mixtes comprenant des TCC, des thérapies comportementales dialectiques (TCD) ou de pleine conscience, ou encore des TCC du sommeil. Après un suivi moyen de 13 semaines post-intervention, ces thérapies digitales ont permis de réduire de façon significative les scores moyens d’idéation suicidaire par rapport à des interventions factices, mais avec une faible taille d’effet au plan clinique (g de Hedges de -0,18 [-0,27 à -0,10], p0001; hétérogénéité I2=0% [0-47]). La taille de l’effet était similaire lorsque seules les études à peu de risque de biais étaient incluses. Un effet un peu plus important était obtenu lorsque seules les thérapies directes étaient prises en compte (g -0,23 [-0,35 à -0,11], p2=17,6% [0,0-58,6]), alors que la significativité n’était pas atteinte lorsque seules les thérapies indirectes étaient considérées.