Prescriptions pédiatriques d’antibiotiques : des pratiques plus vertueuses depuis 2011 !

  • Trinh NTH & al.
  • J Pediatr
  • 11 oct. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse chronologique des données nationales de dispensation des antibiotiques entre 2009 et 2017 montre que les pratiques de prescription pédiatrique ont évolué depuis l’émission des recommandations de la SPILF sur l’antibiothérapie dans les infections respiratoires hautes en 2011.
  • Les prescriptions globales d’antibiotiques ont diminué de 33% au cours de cette période. 
  • Derrière ce chiffre global, on observe une réduction des prescriptions des antibiotiques à large spectre au profit de l’amoxicilline seule.

 

Les infections respiratoires hautes représentent 50% à 70% des prescriptions totales d’antibiotiques, bien que la majorité d’entre elles soient d’origine virale. Chez les enfants en particulier, l’usage des antibiotiques à large spectre (céphalosporines de 3e génération (C3G), amoxicilline/acide clavulanique et fluoroquinolones) s’est accru depuis les années 2000. La France faisant partie des plus gros prescripteurs n’a pas manqué de voir les résistances aux C3G suivre la même tendance. La fréquence de ces souches a ainsi été multipliée par 5 entre 2005 et 2010. Ceci a conduit la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française à émettre des recommandations en 2011 visant à limiter les prescriptions aux infections d’origine bactérienne et à privilégier l’amoxicilline seule en première intention. Une étude récente s’est penchée sur les prescriptions pédiatriques réalisées le plus souvent par le généraliste.

Moins d’antibiotiques prescrits entre 2009 et 2017

Les données nationales de dispensation d’antibiotiques ont été analysées entre janvier 2009 et décembre 2017 pour évaluer l’impact des recommandations 2011 sur les pratiques de prescription chez les enfants, en distinguant 2 groupes d’âge : 0-5 ans et 6-14 ans. Pas moins de 123 millions de prescriptions ont ainsi pu être analysées. L’antibiotique le plus prescrit était l’amoxicilline (37,7%), suivie par la cefpodoxime (23,5%), l’amoxicilline/acide clavulanique (15,6%), la cefixime (4,6%) et la josamycine (4,6%). Le taux annuel global de prescriptions a bien été réduit de 33,1% au cours de la période de suivi, passant de passant de 1.387 pour 1.000 patients pédiatriques par an en 2009, à 928 en 2017, et ceci dans tous les groupes d’âge et pour tous les antibiotiques, exceptée l’amoxicilline (+14,4%).

Ce qui a changé après l’émission des recommandations de 2011

En analysant plus finement cette série de données chronologieques, les chercheurs ont observé une augmentation progressive des prescriptions relatives d’amoxicilline suite aux recommandations, atteignant après 5 ans +64,3% chez les 0-5 ans et +28,4% chez les 6-14 ans. Dans le même temps, une réduction des prescriptions d’antibiotiques à large spectre était observée de -26,1% et de -19,8% dans ces mêmes tranches d’âge respectivement.