Près de 400 pratiques médicales courantes s’avèrent inefficaces


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Près de 400 pratiques médicales établies se sont avérées inefficaces dans des études cliniques publiées dans les revues JAMA, The Lancet et New England Journal of Medicine.

Les chercheurs ont entrepris de rechercher les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés dans les 3 revues sur une période de 15 ans. Sur 3 000 articles, des données probantes ont appuyé l’existence de 396 revers thérapeutiques (lorsque des données d’essais cliniques plus récentes et supérieures viennent contredire la pratique clinique existante).

La catégorie médicale des maladies cardiovasculaires était la plus fréquemment représentée parmi les revers thérapeutiques (20 %), suivie de celles de la santé publique/médecine préventive (12 %) et des soins critiques (11 %). La médication était l’intervention la plus fréquemment impliquée (33 %), suivie des opérations (20 %) et de l’administration de vitamines et/ou de suppléments (13 %).

Les chercheurs, qui ont écrit dans la revue en libre accès eLife, espèrent que leurs résultats encourageront l’abandon de ces pratiques.

Commentant les résultats, l’auteur principal de l’étude, Vinay Prasad, a déclaré : « Nous pouvons tirer plusieurs leçons de notre ensemble de résultats, notamment l’importance de mener des ECR, à la fois pour les nouvelles pratiques et celles qui sont établies. »

« Une fois qu’une pratique inefficace est établie, il peut s’avérer difficile de convaincre les praticiens d’y renoncer. En nous employant à tester les nouveaux traitements de manière rigoureuse avant leur généralisation, nous pouvons réduire le nombre de revers thérapeutiques dans la pratique et éviter de causer inutilement du tort aux patients », a-t-il déclaré.