Près de 1 500 cas de fièvre du Nil occidental rapportés dans l’UE


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouvelles données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) montrent que près de 1 500 cas de fièvre du Nil occidental ont jusqu’à présent été rapportés dans les États membres de l’Union européenne (UE) cette année. 

Même si le nombre de cas rapportés a commencé à diminuer, entre le 26 et le 30 octobre 2018, les États membres de l’UE ont rapporté trois cas humains d’infection au virus du Nil occidental (VNO) en Hongrie et en Bulgarie, ce qui porte le nombre total de cas rapportés par des États membres à 1 463 cette saison. Les pays voisins de l’UE ont rapporté 12 cas pendant cette période de 5 jours, ce qui porte le nombre de cas humains rapportés jusqu’à présent à 534. 

À ce jour, 170 décès dus à des infections au VNO ont été rapportés par l’Italie, la Grèce, la Roumanie, la Serbie, le Kosovo, la Bulgarie, la République tchèque et la Hongrie. 

Dans son dernier rapport sur les menaces des maladies transmissibles, l’ECDC a indiqué qu’au vu du caractère particulièrement intense de la saison de transmission du VNO, « des mesures de précaution pour les habitants et les voyageurs se rendant dans les zones touchées, principalement les personnes âgées et les personnes immunodéprimées, doivent être mises en avant ». 

Conformément aux directives européennes, le don de sang des donneurs potentiels doit être différé pendant 28 jours après leur séjour dans une région où une circulation du virus du Nil occidental a été constatée, à moins que les résultats au test des acides nucléiques individuel soient négatifs.