Près d’un quart des nouveaux cas d’asthme seraient attribuables à l’obésité chez l’enfant et l’adolescent


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

L’obésité serait un facteur de risque modifiable majeur d’asthme chez l’enfant. Selon les résultats d’une étude publiée par Pediatrics, le surpoids n’augmenterait que peu le risque d’asthme chez l’enfant, mais l’obésité, en revanche, l’augmenterait de 26 à 29% par rapport aux enfants de poids normal. Et ce, même lorsque le diagnostic d’asthme est confirmé de manière rigoureuse (c’est-à-dire après un second diagnostic, une prescription médicamenteuse de traitement de contrôle de l’asthme et une spirométrie). Selon ces données, environ un quart des nouveaux cas d’asthme chez les enfants obèses américains serait ainsi directement attribuable à l’obésité.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

S’il est admis que l’obésité est un facteur favorisant l’asthme, l’amplitude de ce risque n’était pas clairement établie chez l’enfant. Cette étude donne une idée de son importance, et pourrait inciter à des communications adaptées.

Méthodologie

L’étude PEDSnet est basée sur l’évaluation de données rétrospectives (entre 2009 et 2015) d’une cohorte d’enfants américains. Elle permet de comparer l’incidence de l’asthme chez des enfants âgés entre 2 et 17 ans, en surpoids ou obèses par rapport à des enfants de poids normal. Pour l’étude, l’asthme était défini à partir d’un diagnostic initial confirmé lors de deux consultations sur 12 mois et au moins une prescription de médicaments du contrôle de l’asthme. Des critères diagnostiques plus spécifiques impliquaient la confirmation par spirométrie.

Principaux résultats

Sur les 507.496 enfants inclus, 8,1% et 5,4% avaient respectivement reçu un diagnostic d’asthme et une confirmation de diagnostic. Il y avait 2,7/1.000 nouveaux cas d’asthme par an au sein de la cohorte (2,4/1.000 chez les enfants de poids normal et 3,2/1.000 chez ceux souffrant d’obésité).

Par rapport aux enfants de poids normal, le risque d’asthme (basé sur un diagnostic et la prise d’un traitement de contrôle de l’asthme (A) ou par spirométrie (B)) était augmenté de manière inconstante chez les enfants en surpoids (ratio de risque (RR) à partir d’analyses multivariées de 1,17 [1,09-1,24] selon le cas (A) et 1,09 [0,98-1,21] selon le cas (B)), alors qu’il était fortement augmenté chez les enfants obèses entre 26% et 29% (respectivement RR 1,26 [1,18-1,34] pour le cas (A) et 1,29 [1,16-1,42] pour le cas (B)).

Le pourcentage de diagnostics cliniques d’asthme au sein de la population d’enfants obèses attribué spécifiquement à l’obésité se situerait entre 23 et 27%. 

Principales limitations

Étude basée sur des données rétrospectives dépendant de la précision des enregistrements effectués.