Près d’un demi-million de personnes pour montrer les bénéfices de l’huile de poisson !

  • Li ZH & al.
  • BMJ
  • 4 mars 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude prospective menée sur une très large cohorte britannique suggère que la prise régulière de suppléments à base d’huile de poisson pourrait améliorer l’espérance de vie et réduire le risque d’événement cardiovasculaire grave, un bénéfice d’autant plus perceptible chez les patients hypertendus. Ainsi, des apports en acides gras oméga 3 à longue chaîne incluant l’acide eicosapentaénoique et l’acide gras docosahexaénoïque confirment leur bénéfices cardiovasculaires. Reste maintenant à s’assurer de la dose optimale pour l’obtention d’un effet cliniquement pertinent. 

Intérêt de ces résultats

Il est difficile de généraliser les bénéfices des supplémentations à base d’huile de poissons mis en évidence à travers des essais cliniques randomisés. Par ailleurs, une récente méta-analyse de ces études n’a mis en évidence qu’un effet marginal sur les risques cardiovasculaires. De fait, il est intéressant de bénéficier de données européennes, en situation réelle et sur une cohorte importante. Les auteurs estiment que les divergences de résultats entre cette étude et certains résultats d’études antérieures peuvent être en lien avec les doses quotidiennes utilisées d’où l’intérêt maintenant d’évaluer la dose optimale.

Protocole de l’étude

Cette étude prospective de cohorte a inclus entre 2006 et 2010, 427.678 hommes et femmes âgés de 40 à 69 ans sans cancer ni maladie cardiovasculaire à l’inclusion. Les données liées à ces individus sont issues de la UK Biobank, et tous ont été suivis jusqu’en 2018.

Principaux résultats

Parmi les sujets inclus, 55,1% étaient des femmes, et l’âge moyen de la cohorte était de 55,9 ans. À l’inclusion, 31,4% de l’ensemble de la cohorte a déclaré prendre de manière régulière des compléments à base d’huile de poisson. Par rapport aux autres, les individus qui consommaient de tels suppléments étaient globalement plus âgés, plus souvent des femmes, non fumeurs et physiquement actifs. Ils avaient également tendance à consommer plus souvent des poissons gras et avaient une prévalence plus élevée d’hypertension ou de maladie chronique. Ces sujets étaient également plus susceptibles d’être traités par anti-hypertenseurs, aspirine et autres supplémentations vitaminiques, sels minéraux ou autres compléments alimentaires. Le suivi médian de la cohorte était de 9,0 ans pour les critères liés à la mortalité et de 8,1 ans pour ceux liés aux évènements cardiovasculaires.

Les analyses ont révélé que ceux qui prenaient de manière régulière des suppléments d’huile de poisson avaient une réduction significative du risque de mortalité toutes causes de 13%, de mortalité cardiovasculaire de 16% et d’événements cardiovasculaires de 7%.

Les bénéfices cardiovasculaires seraient d’autant plus convaincants que les sujets étaient hypertendus (ppour interaction=0,005).

Principales limitations

L’étude ne mentionne ni la dose, ni les formulations utilisées, ni sur la durée de la supplémentation.