Préparation au risque épidémique : principes de l’organisation sanitaire


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Alors que la barre des 80.000 cas confirmés de Covid-19 a été franchie mardi 25 février, et que le risque épidémique se précise en Europe avec la présence de deux zones d’exposition à risque en Italie (Lombardie, Vénétie, cf. liste des zones d’exposition à risque ), la mobilisation du système de santé est cruciale. Le ministère des solidarités et de la santé a publié le 20 février un guide méthodologique destiné aux professionnels et structures de santé décrivant la stratégie mise en œuvre face au risque épidémique lié au coronavirus SARS-CoV-2. Cette mobilisation repose sur le plan ORSAN REB. 

Principes généraux de l'organisation sanitaire.

En l’absence de circulation active du virus, la stratégie actuellement en cours repose sur une stratégie d’endiguement (phases 1 et 2) consistant à prendre en charge les patients atteints d’infection au nouveau coronavirus, à freiner la propagation de l’agent infectieux par la mise en œuvre de mesures de biosécurité requises par le patient et à prendre en charge les personnes contacts.

La stratégie visant à contrer la propagation d’une éventuelle épidémie liée au virus du Covid-19 repose sur deux niveaux d’établissements de santé habilités :

- ceux de première ligne, habilités au regard de leurs capacités de prise en charge biosécurisée : chambre d’isolement de haute sécurité en service de maladies infectieuses ou de réanimation et disponibilité d’un plateau technique hautement spécialisé et opérationnel 24/7.

- ceux de deuxième ligne, mobilisés en seconde intention pour augmenter les capacités des établissements de première ligne, pour lesquels une unité ou expertise en infectiologie ainsi que des chambres permettant l’isolement des patients sont disponibles, associées à un laboratoire de biologie médicale permettant d’assurer la biologie courante, le diagnostic microbiologique étant réalisé dans les établissements de première ligne.

Enfin, si la situation évolue vers une situation épidémique (ou pandémique, phase 3), la mobilisation de tous les secteurs de l’offre de soins sera nécessaire, avec dès lors la mise en place d’une filière ambulatoire avec maintien à domicile pour les patients « cas confirmés » peu graves et ceux ne nécessitant pas d’hospitalisation. Cette filière reposera sur la mobilisation des professionnels de santé libéraux, des services de soins à domicile et potentiellement des services d’aide à domicile. Les établissements médico-sociaux seront alors aussi mobilisés. Enfin, des structures intermédiaires « domicile de substitution » seront nécessaires pour les « cas possibles » ne pouvant rester à leur domicile ou ayant des difficultés de logement.

Le 24 février, 70 établissements de santé sièges d’un SAMU ont été mobilisés en plus des 38 établissements de santé de première ligne. Ainsi, 108 établissements sont aujourd’hui aptes à recevoir des patients atteints de COVID-19, soit au moins un par département.

Pour rappel, tous les professionnels de santé étant susceptibles de prendre en charge un cas suspect de COVID-19, chacun doit être préparé, en disposant des équipements nécessaires à la mise en place des mesures d’hygiène recommandées : appareil de protection respiratoire (APR) de type FFP2, solution hydro-alcoolique pour désinfecter les mains avant et après le soin et dès le retrait des gants, gants non stériles à usage unique, lunette de protection en plus de l’APR FFP2 pendant un soin exposant, thermomètre sans contact ou à usage unique pour la vérification de la température du patient.

Rappel de la procédure pour les soignants de première ligne:

- fiche récapitulative COREB.

- Vidéo de la SF2H (Société Française d’Hygiène Hospitalière) présentant la procédure de mise en oeuvre des précautions d'hygiène.

À propos des dispositifs ORSAN

La préparation aux situations sanitaires exceptionnelles (SSE) a motivé le déploiement d’un dispositif ORSAN (organisation de la réponse du système de santé) en 2014, et qui formalise la coordination régionale des dispositifs relatifs aux secteurs ambulatoire, hospitalier et médico-social dans la préparation et la gestion des crises sanitaires. Sa version réactualisée comporte 5 volets visant à prendre en considération l’évolution de la nature des risques et des menaces, à la lumière des enseignements tirés des crises les plus récentes (attentats, épidémies à virus Ebola, MERS-CoV, Chikungunya et Zika) :

- accueil massif de blessés victimes d’un événement grave (accident, catastrophe, attentat) (ORSAN AMAVI) ; 

- prise en charge des tensions dans l’offre de soins liées au nombre important de patients dans un contexte d’épidémie saisonnière et/ou lors d’un phénomène climatique voire environnemental important (ORSAN EPI-CLIM) ;

- prise en charge des patients dans le cadre du risque épidémique et biologique connu ou émergent (ORSAN REB) ; 

- prise en charge des patients dans le cadre d’un événement  nucléaire, radiologique ou chimique (ORSAN NRC) ; 

- prise en charge médico-psychologique des patients victimes d’un événement grave (accident, catastrophe, attentat) (ORSAN MEDICO-PSY).