PrEP, Tasp, dépistage : les ingrédients à l’origine de la forte baisse parisienne des sérologies positives


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Santé publique France a actualisé les données de surveillance du VIH sur la ville de Paris, à l’occasion de la conférence Fast Track Cities qui s’est tenue du 8 au 11 septembre 2019 à Londres et qui rassemblait plus de 300 villes impliquées dans la lutte contre le VIH à travers le monde.

Deux chiffres sont à retenir :

- le premier est l’augmentation importante de l’activité de dépistage avec 8% de sérologies supplémentaires réalisées en 2018 par rapport à 2015, portant le nombre de tests réalisés l’an dernier à 534.000 ;

- le second concerne le nombre de sérologies positives qui est passé de 6,2 à 5,1 pour 1.000 tests sur la même période. Ainsi, le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité à Paris en 2018 est passé sous la barre du millier (n=906), la baisse étant particulièrement sensible pour les hommes homosexuels ou ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) (-22%), et plus particulièrement pour ceux nés en France (-28%).

Selon Santé Publique France, cette baisse est principalement le fruit des “ probables effets conjugués du TASP (traitement précoce par antirétroviral, concept international de Treatment as prevention) et plus récemment de la PrEP (prophylaxie pré-exposition)” , ainsi que de la « diminution du nombre de personnes ignorant leur séropositivité ». Les femmes et les HSH nés à l’étranger échappent cependant à cette dynamique encourageante. Ceci doit inciter à renforcer les méthodes d’information, de prévention et de dépistage auprès de ces populations. Quoi qu’il en soit, ces chiffres sont encourageants dans un contexte où les chiffres nationaux stagnent. Ils suggèrent que l’efficacité des actions de proximité mises localement en œuvre fonctionnent et viennent contrer la polémique autour des risques collatéraux relatifs à la PrEP ...