Prenez le temps : le fait de manger rapidement est associé à la prise de poids


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude suggère que le fait de manger lentement, d’éviter les en-cas après le dîner et de ne pas manger dans les deux heures qui précèdent le coucher pourrait aider les personnes à perdre du poids. Les chercheurs ont découvert que ces changements dans les habitudes alimentaires ont été fortement associés à une moindre obésité et un poids plus faible (IMC) ainsi qu’à une réduction du tour de taille.

Les chercheurs ont examiné des données d’assurance maladie de 2008 à 2013 pour près de 60 000 personnes au Japon, qui ont reçu un diagnostic de diabète de type 2 durant la période d’étude.

Ils ont découvert que, par rapport à ceux qui avaient tendance à manger rapidement, ceux qui mangeaient à une vitesse normale étaient 29 % moins susceptibles d’être obèses, cette réduction du risque allant jusqu’à 42 % pour ceux qui mangeaient lentement. Par rapport aux personnes qui mangeaient rapidement, les personnes mangeant à une vitesse normale et mangeant lentement ont présenté des réductions de leur tour de taille de 0,21 cm et 0,41 cm, respectivement.  

Les résultats ont également indiqué que le fait de prendre son dîner dans les deux heures qui précèdent le moment du coucher, de prendre un en-cas après le dîner et de sauter le petit-déjeuner contribue au développement de l’obésité.

Écrivant dans la revue BMJ Open, les auteurs ont indiqué que des interventions visant à modifier les habitudes alimentaires, comme des initiatives et des programmes éducatifs ayant pour but de réduire la vitesse à laquelle les aliments sont consommés, pourraient s’avérer utiles pour prévenir l’obésité et réduire le risque des maladies non transmissibles.