Premiers signalements de cas de gonorrhée ultrarésistante dans le monde


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a rapporté les premiers cas de gonorrhée ultrarésistante (UR) dans le monde.

Les trois premiers cas dans le monde d’infection à Neisseria gonorrhoeae UR résistant à la ceftriaxone et comportant une résistance élevée à l’azithromycine ont été rapportés au Royaume-Uni (n =1) et en Australie (n = 2) en février et en mars, respectivement. Le cas provenant du Royaume-Uni et un cas provenant d’Australie ont été associés aux voyages. Les deux cas concernent une gonorrhée acquise en Asie du Sud-Est.

Dans une évaluation rapide des risques, l’ECDC a déclaré, étant donné que deux des trois cas signalés de gonorrhée UR étaient associés aux voyages, la diffusion d’informations sur des pratiques plus sûres en matière de sexualité doit être envisagée en tant que conseils systématiques donnés aux voyageurs.

Il est précisé que les cliniciens doivent avoir conscience de la possibilité de la survenue d’autres cas qui sont résistants à la ceftriaxone et à l’azithromycine, qu’ils doivent s’assurer que les tests de guérison sont réalisés pour tous les cas diagnostiqués et qu’ils doivent soumettre les échantillons provenant de tous les sites d’infection suspectés ou avérés pour mise en culture et réalisation d’un test de sensibilité aux antimicrobiens. Une attention particulière doit être accordée à la détection et au traitement efficaces de la gonorrhée pharyngée, qui est souvent plus difficile à éradiquer que l’infection urogénitale.

L’ECDC a indiqué que les cas soulignent la nécessité de développer de nouveaux antimicrobiens pour la maladie.