Premiers résultats de la survie à 10 ans post-ICP avec stent de première génération versus pontage coronarien

  • Thuijs DJFM & al.
  • Lancet
  • 2 sept. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

La phase d’extension de l’étude SYNTAX s’est intéressée à la mortalité à 10 ans de patients ayant subi une intervention coronarienne percutanée (ICP) avec un stent de première génération ou un pontage à la suite d’une atteinte de novo des trois coronaires ou de l’artère coronaire principale gauche. Les résultats montrent qu’il n’y aurait pas globalement de différence significative en termes de mortalité entre les sujets qui ont bénéficié de l’ICP et ceux qui ont bénéficié du pontage coronarien. Cependant, les analyses en sous-groupes ont mis en évidence une augmentation du risque de mortalité de 41% chez les sujets ayant une atteinte triple vaisseaux et ayant bénéficié d’une ICP plutôt que d’un pontage coronarien.

Le choix de l’une de ces deux techniques relève d’une concertation pluridisciplinaire et intègre de multiples paramètres. Ces résultats pourraient venir enrichir ces réflexions. 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Cette étude est le premier essai randomisé ayant rapporté des données sur la mortalité toutes causes à 10 ans, chez des patients ayant une atteinte triple vaisseaux ou de l’artère principale gauche de novo après ICP avec un stent de première génération versus un pontage coronarien.

Méthodologie

SYNTAXES est une extension de l’étude SYNTAX (un essai randomisé, multicentrique, de non-infériorité, ayant comparé une ICP avec un stent de première génération - à base de paclitaxel - à un pontage coronarien chez des sujets ayant une atteintede novodes trois vaisseaux coronariens ou de la coronaire principale gauche. SYNTAX faisait le point de l’efficacité jusqu’à 5 ans, et SYNTAXES s’intéresse à la mortalité toutes causes à 10 ans.

Principaux résultats

Entre 2005 et 2007, 1.800 patients ont été randomisés dans l’essai SYNTAX (n=903 dans le groupe ICP-paclitaxel et n=897 dans le groupe pontage coronarien).

Les données patients disponibles à 10 ans concernaient 93% des participants initialement randomisés dans le groupe ICP et 95% de ceux du groupe pontage. Le suivi médian a été de 11,2 ans pour l’ensemble de la population.

À 10 ans, 27% des patients ayant bénéficié d’une ICP et 24% de ceux ayant bénéficié d’un pontage sont décédés, le risque de décès à 10 ans s’est ainsi révélé similaire entre les deux groupes (p=0,092) en considérant la population totale.

En revanche, les analyses en sous-groupes ont montré que parmi les sujets qui avaient une atteinte des 3 coronaires, ceux traités par ICP avaient un risque de mortalité à 10 ans significativement plus important que ceux traités par pontage (28% versus 21%, soit un hasard ratio de 1,41 [1,10-1,80]). Lorsque l’atteinte portait sur la coronaire principale gauche, la mortalité était similaire dans les deux groupes, quelle que soit la technique utilisée (mortalité de 26% pour les sujets traités par ICP et 28% par pontage).

Financements

German Foundation of Heart Research and Boston Scientific Corporation